Temps orageux et incertain sur Icann 39

Le climat chaud et tropical de Cartagena aura-t-il agi sur les esprits malgré la débauche de climatisation ?

Il le semble tant certains échanges ont pu se situer un ton au dessus de la politesse froide habituelle des réunions Icann. Des échanges rugueux entre membres du GAC (le comité des représentants des gouvernements) et le board ont fusé, fustigeant parfois le fonctionnement même de l’Icann.

Les décisions prises par l’Icann ont des implications politiques et économiques énormes pour chaque état, mais le GAC n’a qu’un pouvoir consultatif et leurs représentants ont tendance à favoriser un rythme de progression plus lent que celui que l’Icann voudrait impulser.

On retrouve souvent ce type de problématique entre un état garant de la stabilité et le monde de l’industrie et de l’innovation, et c’est de ces étincelles qu’on fait parfois jaillir le feu et les idées …

Les demandes d’explications à posteriori sur la décision du Board d’autoriser l’intégration verticale en sont un exemple : le Gac et les représentants des utilisateurs ne cessent de demander la raison du choix tranché et surprenant qu’a fait le board (à très juste titre selon moi) au lieu de se pencher sur la prochaine étape qui consisterait à définir les balises de sécurité du système.

Alors le board tranchera -t-il dans une direction opposée au GAC au risque de faire vaciller le mode de fonctionnement consensuel et de provoquer une crise de confiance de la part des états ?

Ou bien aura-t-il entendu les réprimandes du GAC lui reprochant de ne pas avoir fait ses devoirs concernant les études économiques en ne lançant pas la version finale du guide du candidat, quitte à considérer certaines issues réglées ?

Réponse vendredi ….