Vers une extension IDN en bengali


Lien externe


L’Icann a annoncé hier que le projet de lancement d’une extension (TLD) en caractères non latins par le Bangladesh avait passé avec succès la phase des tests techniques et linguistiques.

Ce projet, lancé par le premier ministre, Sheikh Hasina, en février 2010 concerne potentiellement 300 millions de bangladais dans le monde, dont plus de 160 millions vivant au Bangladesh.

Ce pays est le 26ème à passer la phase 2 des tests de l’Icann pour la création d’une extension en caractères non latins ou accentués, processus qui, pour rappel, en comporte 3, qui sont :

Phase 1 : préparation par le demandeur dans le pays ou le territoire. Phase durant laquelle est recherché par les autorités locales un consensus sur l’extension à demander et sur l’organisation pratique du projet. En général plusieurs alternatives de chaines de caractères non latins, appelées dans ce process les « strings », sont proposées afin de minimiser les risques de rejet du projet par l’Icann.

Phase 2 : évaluation du projet par l’Icann, selon des critères techniques et linguistiques.

Phase 3 : délégation de l’extension, selon les même procédures que celles utilisées par l’Icann dans la délégation d’extensions ccTLDs en caractères ASCII.