Spectacle Meeting Icann Cartagena décembre 2010

Studies or not studies ?

L’Icann et le départment du Commerce Américain ont des visions opposées sur les études économiques à fournir pour valider le projet des nouvelles extensions. La lettre du département du commerce Américain est un des sujets brûlants du début de semaine à la conférence Icann 39 de Carthagène.

La communauté des industriels des noms de domaine se demande quelles sont les motivations de cette lettre, arrivant juste avant la réunion alors que le programme de commentaire public est lancé depuis Novembre.

Le timing est certes incongru, mais on pourrait penser que 2011 approchant, le gouvernement américain veuille marquer le coup et forcer l’Icann à bien respecter ses engagements : étudier l’impact économique du programme des nouvelles extensions.

La lettre est d’autant plus surprenante que la liste des études économiques effectuées sur ce programme est déjà conséquente, et a été rappelée hier par Elaine Pruis (Minds and Machines) lors d’une séance de micro ouvert :

-* Report from CRA International “Revisiting Vertical Separation of Registries and Registrars” (Oct 08)

-* Preliminary Analysis of Dennis Carlton Regarding Price Caps for New gTLD Internet Registries (Mar 09)

-* Preliminary Report of Dennis Carlton Regarding Impact of New gTLDs on Consumer Welfare (Mar 09)

-* Comments on Michael Kende’s Assessment of Preliminary Reports on Competition and Pricing (Jun 09)

-* Report Of Dennis Carlton Regarding ICANN’s Proposed Mechanism for Introducing New gTLDs [ (Jun 09)

-* An Economic Framework for the Analysis of the Expansion of Generic Top-Level Domain Names (Jun 10)

-* Economic Considerations in the Expansion of Generic Top-Level Domain Names, Phase II Report: Case Studies (Phase II Report) (Dec 10)

Certes, pour certains, ces documents ne sont pas tous des analyses économiques au sens strict du terme, mais en matière d’internet et d’innovation, nous savons tous qu’il n’est pas possible de fournir un modèle détaillé et précis : qui aurait pu prévoir facebook.com ? Le registre russe attendait 100 000 enregistrements la première année pour son extensions en cyrilliques. Il y en a désormais 600 000.

Le programme est arrivé à un point tel qu’il a un risque réel de s’enliser dans des discussions sans fins sur le futur et les prévisionnels à moins que le board ne décide d’avancer coûte que coûte et de favoriser l’innovation et la prise des risque sans lesquels une grande partie des services sur internet n’auraient jamais vu le jour.

Il restera alors plusieurs sujets à trancher, mais le mouvement serait rassurant pour les porteurs de projet, qui sont pour l’instant dans l’expectative.