nuage d'extensions de noms de domaine dédié à la photo

.photography, .photos, .photo, .pics : analyse des lancements

Vous l’avez sans doute remarqué, avec le lancement des nouvelles extensions, certains corps de métiers se sont vus allouer plusieurs extensions pour décrire leur activité. C’est notamment le cas du monde de la photographie qui peut compter sur quatre nouvelles extensions : les .photography, .photos, .photo et .pics.

Ces quatre nouvelles extensions ont toutes pour ambition de fournir un espace de partage entre photographes amateurs ou professionnels, artistes ou encore exposants.

Tout d’abord, pourquoi quatre extensions pour un seul secteur d’activité ? Tout simplement parce que lorsque l’ICANN a annoncé lancement de nouvelles extensions sur le marché, plusieurs dossiers ont été déposés, et ce dans le secret le plus total. L’ICANN, ayant reçu plusieurs dépôts pour le même secteur d’activité, a décidé de ne pas en choisir une par rapport aux autres car elles étaient toutes légitimes et pouvaient chacune se targuer de représenter au mieux le secteur de la photographie.

Cette concurrence inédite a attiré notre curiosité, et une première analyse peut être faite afin de juger de la pertinence de chacune de ces extensions.
Commençons par le nombre de noms de domaines enregistrés sur chacune des extensions :

– .photography : plus de 33,000 domaines enregistrés à ce jour
– .photos : plus de 10,000 domaines enregistrés
– .photo : presque 6,000 domaines enregistrés
– .pics : presque 3,000 domaines enregistrés

Ces nouvelles extensions ayant la même vocation, comment expliquer un tel écart d’enregistrements entre le .photography et ses 33,000 domaines, le .photos, le .photo et le .pics ?

Trois axes de réflexion peuvent permettre de répondre à cette énigme… :

1er axe : Les phases de lancement de ces nouvelles extensions n’ont pas eu lieu en même temps.

La première de ces extensions a été le .photography. Avec une période de Sunrise allant du 3 décembre 2013 au 31 janvier 2014 et une ouverture à tous commençant dès le 12 février 2014, elle devance de peu le .photos, dont la période sunrise a eu lieu entre le 24 décembre 2013 et le 22 février 2014. Les dates d’ouverture à tous de ces deux extensions ont été seulement séparées de 17 jours (12 et 29 février).

Le .photo et le .pics furent quant à elles lancées en même temps, le 27 janvier 2014, la période Sunrise s’étalant jusqu’au 28 mars. La date d’ouverture à tous a eu lieu le 15 avril 2014.

L’écart d’enregistrements de nom de domaines constaté entre ces différentes extensions explique, en partie la situation : le .photography étant apparu le premier, il est raisonnable de penser que cette extension a profité de son exclusivité par rapport aux autres. Le .photos ayant été lancé en deuxième, et ce, peu de temps après le .photography, a en partie pâti de cette proximité dans le temps.
Au niveau des extensions .photo et .pics, avec leur date d’ouverture à tous ayant été fixé au 15 avril 2014, il est facile de déduire pourquoi ces dernières n’ont pas le même nombre d’enregistrements.
Mais une question reste cependant : est-ce qu’un écart de 17 jours dans les dates d’ouverture à tous permet à lui seul d’expliquer un tel écart (x3) entre le .photography et le .photos ? En effet, malgré la sortie des nouvelles extensions, les internautes continuaient d’enregistrer leur nom de domaine avec le .photography. Pourquoi ?

2ème axe : de la confusion des genres entre .photo et .photos.

L’annonce du lancement du .photo s’est faite le 27 janvier 2014, en pleine période de Sunrise du .photos, ce qui a pu avoir un impact non négligeable sur les succès relatifs de ces 2 extensions. Le .photography, même s’il est plus long, a quand à lui l’avantage de ne pas pouvoir être confondu avec le .photos et le .photo qui sont, eux, presque identiques. Il est donc rationnel de penser que certaines personnes ont préféré enregistrer le .photography afin d’éviter toute confusion.

Ce deuxième axe permet-il, en complément du premier, d’expliquer la situation en totalité ? Pas tout à fait.
En effet, en regardant la globalité des statistiques d’enregistrement, on remarque que le .photography est la troisième (nouvelle) extension la plus enregistrée (après .guru et .berlin) avec plus de 33,000 noms de domaine soit 5,78% des enregistrements de nouvelles extensions. Y aurait-il tant de photographes, professionnels ou amateurs, d’exposants ou d’artistes de par le monde ? Ou bien le .photography aurait-il bénéficié d’une meilleure visibilité ?

3ème axe : De l’intérêt d’un « merchandising » efficace et visible.

En regardant les statistiques du .photography, on remarque que la majeur partie des noms de domaine enregistrés avec cette extension l’ont été par le biais de Godaddy, avec plus de 17,000 enregistrements soit plus de 52% du total des enregistrements du .photography.

Godaddy est le plus gros registrar ICANN mondial, avec trois fois plus de noms de domaine que son concurrent direct. Le poids de ce mastodonte dans la gestion mondiale des noms de domaine ainsi que l’impact de son référencement et de ses campagnes marketing dans le cadre du lancement d’une nouvelle extension a des conséquences non négligeables.

En allant sur le site internet de Godaddy, on remarque que le .photography est mis en avant et très visible par rapport au .photos. Comptant sur l’énorme réserve de clientèle que possède son site web et de sa position de leader incontesté sur le marché, Godaddy, par un placement produit (merchandising) très visible et très efficace sur son site, a permis au .photography de tirer son épingle du jeu et de rapidement se démarquer dans l’évolution des enregistrements par rapport au .photos qui, lui, n’a pas bénéficier de la même visibilité. C’est aussi d’ailleurs ce qui explique le succès du .guru, lui aussi largement promu par Godaddy..
Concernant le .photo ou le .pics, ces dernières extensions sont portées par un nouveau Registre du nom de Uniregistry. Or, Godaddy LLC, n’est pas accrédité auprès de ce registre, il est donc évident de penser que les ventes de ces deux nouvelles extensions ne seront pas aussi importantes que le .photography ou le .photos qui bénéficieront, elles, du poids de Godaddy en termes de commercialisation.
En revanche, il serait très intéressant d’observer l’évolution du .pics, qui pourrait lui tirer son épingle du jeu par rapport aux .photo/.photos, toujours potentiellement pénalisés par la confusion que ces extensions peuvent générer entre elles.

Ces trois axes de réflexions nous ont permis de mieux comprendre la situation des lancements des nouvelles extensions relatives au monde de la photographie. Ce genre de situation pourra être amené à se reproduire dans le futur dans le cadre de lancements de plusieurs nouvelles extensions pour un même secteur d’activité. Dans tous les cas, Mailclub sera là pour vous accompagner et vous conseiller car nous pouvons enregistrer, grâce à notre statut de Registrar accrédité, vos noms de domaine dans l’ensemble de ces extensions.