nom de domaine pour le Canada

Icann Studienkreis : le futur de l’internet en débat

Icann studienkreis est le nom d’un événement annuel organisé par Wolfgang Kleinwachter, de l’université de Aarhus (qui organise également des séances de travail estivales sur l’Icann). Élément à noter : ces journées sont indépendantes de l’Icann.

On y discute et débat sur la gouvernance de l’internet, et également sur tous les détails pratiques en découlant. L’échange est riche, instantané et ouvert, ce qui tranche sur les réunions Icann, beaucoup plus serrées et policées.

Cette année, à Budapest, les sujets évoqués ont été sans surprise les nouvelles extensions et le rôle des gouvernements dans la gestion de l’Internet. La présence de nombreux orateurs de premier plan, de la société civile, du Board, du GAC ou du monde des registrars a permis des débats de très bons niveaux.

Du côté de la gouvernance, impossible de trancher sur le modèle idéal de gouvernance, mais il est ressorti une des sources des incompréhensions de ces dernières années : le choc des cultures entre le milieu entrepreneurial à dominante anglo saxon de l’Icann et la rigueur et vitesse relative du langage diplomatique du GAC.

Un exemple a été cité : il y a quelques années, lorsque le GNSO souhaitait travailler avec le GAC, celui ci donnait la réponse appropriée en terme Onusiens (et surtout conforme à la lecture des statuts Icann par le GAC) : nous ne rapportons pas au GNSO, mais au Board.

Il semble que les partis aient désormais mieux fait connaissance et on devrait sentir la communication se fluidifier dans le futur.

Concernant les nouveaux Tlds, il a été question des opportunités (et problématiques à venir) pour les registrars. L’offre disponible en noms de domaine sera si dense que les clients auront besoin de conseils et d’aide pour s’y retrouver. Certains registrars ne pourront (ou souhaiteront) pas proposer l’ensemble des tlds et les titulaires d’extension auront alors besoin de toute leur force de persuasion pour se faire référencer. Le monde du nommage tel qu’on le connait est appelé à changer radicalement dans les années à venir et il faudra s’adapter aux besoins des clients et également à leurs habitudes : l’usage de l’internet passe pour certaines personnes désormais uniquement par les médias sociaux ou les moteurs de recherche, minimisant l’usage des noms de domaine et appelant les titulaires de marques à revoir leurs stratégie de nommage en s’appuyant sur un conseil.

On été également évoqués le développement d’Ipv6, les problématiques de whois et l’arrivée potentielles de registres (ou d’opérateurs) sur le marché des registrars : une journée et demie riche et denses en échange !

Le prochain cercle aura lieu à Oslo en Juin 2012.