Icann : les gouvernements, le GAC et la digital artillery !

Le sommet de l’Icann de Prague est passé.
Les participants sont rentrés pour la plupart chez eux, et il est désormais temps de penser à froid aux conséquences de quelques décisions prises ou idées émises lors du sommet.

La fin de la Digital Archery, oui, mais pour aller où ? Le Board se donne trois semaines pour produire une feuille de route que la majorité des participants verraient bien sous la forme d’un batch unique de 15 mois. Il faudra se décider vite.

Ceci dit, un autre élément est à prendre en compte: le Gac, l’organisme de représentation des gouvernements. Cet organisme consultatif possède tout de même un certain poids et l’Icann l’écoutera attentivement lorsqu’il donnera son avis sur une candidature. Ce sont les Gac Early Warning. Early car ils sont censés arriver avec l’étude des dossiers, pour éviter du travail pour rien. Et cela est plutôt sain. Cependant, le Gac a annoncé ne pas pouvoir se mettre d’accord sur une liste d’Early Warning avant Avril 2013. La, on commence à perdre un peu d’intérêt pour le terme Early.

Ceci dit, rien n’empêche un gouvernement de clamer haut et fort son opposition à une candidature, avant d’atteindre le consensus. C’est ce qu’a fait l’Argentine en annonçant qu’elle s’opposerait à la candidature du .patagonia lors du forum public à Prague. D’autres suivront, et on peut se demander si l’Andorre s’opposera au .and.

Un autre moyen de s’opposer à une candidature par des voies détournées est de rejoindre le GAC directement. C’est ce qu’a fait l’European Broadcasting Union, qui postule pour un .radio, dont une demande émane aussi du gestionnaire du .am et du .fm. Un statut d’observateur simple, mais une position confortable en cas de besoin de lobbying.

Ceci dit, le GAC a également demandé à l’Icann d’être plus souple sur les règles régissant la confusion visuelle pour les caractères internationaux. En effet, on en arrive par exemple à une situation à l’heure actuelle où le .eu ne peut obtenir sur .eu en version hellénique. Parce qu’il se confond avec lui même. A suivre.

Quelques temps intéressants à noter dans ce forum public nouvelle version, la demande de création de nouvelles composantes de l’Icann avec une Kids constituency demandée avec beaucoup de fraicheur, pour que les jeunes puissent avoir leur mot à dire à l’Icann. Reste à définir le mot jeune. Et son pouvoir ainsi que sa pertinence.

Beaucoup moins floue, la demande des titulaires de marques, ayant déposé un .brand. Ces futurs registres devraient être membres de la Registry constituency, qui avait aménagé en amont ses statuts pour éviter le déséquilibre (ou mieux concentrer le pouvoir) en limitant les droits des nouveaux arrivants. Après tout, un passage de 22 membres à 650 peut effectivement nécessiter un toilettage.

Qu’à cela ne tienne, quelques marques se sont rassemblées pour demander l’ouverture d’un Constituency qui leur serait réservée, et qui tiendrait compte de leurs spécificité. Pourquoi pas ? Cela ferait il double emploi avec l’IPC, Intellectual Property Constituency qui représente les marques ? Cela serait il judicieux, puisque les opérateurs techniques de ces brands sont en général déjà ceux des gltds existants ? Les décisions purement techniques nécessiteraient alors plus de temps passé à discuter pour un résultat déjà connu.

Les questions sont posées, reste à trouver les réponses. Et rapidement, pour éviter au nouveau CEO d’arriver dans une situation à l’Automne encore plus complexe que celle actuelle.

Go Icann Go, il est temps de passer à la Digital Artillery !

—————————————–

Frédéric est le directeur général du Mailclub.

Associé de la société, représentant des bureaux d’enregistrement au Conseil d’administration de l’Afnic, gestionnaire de projet, participant actif au sein de l’Icann, il est le garant du bon fonctionnement de Mailclub.

Ancien d’Euromed et de l’ESSCA, il a aussi appris, à travers Daydream, sa première société que le chemin de l’entreprenariat n’est pas un fleuve tranquille.

Sa ligne de conduite : il faut être soit à fond, soit à fond.