Icann 42 : dernière étape avant l’inconnu.

La réunion Icann de Dakar se termine, avec encore quelques interrogations sur le futur… Comme d’habitude le vendredi matin, le Conseil d’administration de l’Icann donne ses résolutions en fin de meeting. A Dakar l’ambiance est un peu spéciale : shorts et tshirts font leur apparence pour le bouquet final, tandis que d’autres s’interrogent sur les problèmes logistiques pour rentrer en Europe.

Il n’empêche que le Board se prononce une dernière fois avant le lancement de la période de candidature. Ce départ vers l’inconnu alors que plusieurs points ne sont pas encore réglés pourrait provoquer des turbulences. Voici un bref rappel des points principaux :

JAS Support : Afin d’aider les candidatures en provenance de pays en voie de développement, mais sans toucher aux frais de dépôts; l’Icann a proposé de mettre en place un plan d’aide. Critiqué, utile, logique, il est surtout en retard : son fonctionnement n’est pas encore finalisé !

Campagne de communication : Pour permettre à la planète entière de connaître l’existence du programme des nouveaux TLDs, l’Icann a lancé une grande campagne de communication en juillet, qui, si elle n’a pas convaincu la communauté, a en tout cas bénéficié d’une rallonge de budget ce vendredi, sans appel d’offre, et malgré quelques critiques.

TAS : Le système de validation en ligne des candidatures de TLDs a été présenté cette semaine et de nombreuses questions pratiques restent à trancher, d’un point de vue ergonomique : ayons une pensée pour les personnes qui devront faire entrer dans les bonnes cases les dossiers de leurs clients.

Clearinghouse : Des travaux, toujours des travaux, mais il faudra être prêt pour la fin 2012 !

Ethique : un sujet qui est apparu suite au départ de nombreuses personnalités de l’Icann vers des sociétés de porteurs de projets et qui a débouché sur des décisions critiquées mais nécessaires : le fait de cloisonner les relations entre staff de l’Icann et les personnes impliquées (pas d’invitation à déjeuner, pas de conversation privée) sera complexe à gérer dans un monde habitué à se mélanger allègrement. Mais la décision était nécessaire.

Registrars : les murs ont tremblé dimanche lorsque les gouvernement ont indiqué leur mécontentement sur les avancées de la lutte contre le cybercrime : selon eux les registrars n’en font pas assez. Chose assez intéressante, les registrars avaient l’impression d’avoir effectué un grand pas en avant à Singapour. Il est désormais nécessaire de reprendre les travaux ! Et de travailler sur la communication.

En conclusion, en dehors de quelques anecdotes sur les transports, les hébergements, quelques coups de chaleurs pour les occidentaux, coupures électriques, la réunion de Dakar a permis d’augmenter le nombre de participants africains et de faire avancer le monde Icann vers sa nouvelle mue : les nouveaux TLDS.

————————–
Frédéric est le directeur général du Mailclub.

Associé de la société, représentant des bureaux d’enregistrement au Conseil d’administration de l’Afnic, gestionnaire de projet, participant actif au sein de l’Icann, il est le garant du bon fonctionnement de Mailclub.

Ancien d’Euromed et de l’ESSCA, il a aussi appris, à travers Daydream, sa première société que le chemin de l’entreprenariat n’est pas un fleuve tranquille.

Sa ligne de conduite : il faut être soit à fond, soit à fond.