Exprimer son intérêt pour une nouvelle extension

Dernier rebondissement dans le lancement de nouvelles extensions reportées à la rentrée 2010, la naissance d’un groupe de travail chargé de créer une priorité pour les porteurs de projets. Explications.

Lors du dernier sommet Icann à Séoul, les visages des différents participants sont passés du rire aux larmes. Euphorie pour les partisans des extensions non latines qui ont vu leurs vœux exaucés dès cette semaine ; soupe à la grimace pour les porteurs de nouvelles extensions génériques, régionales, villes ou entreprises (CorpTLD).

Boucler la boucle en Europe ?

Depuis l’annonce initiale du projet d’ouverte massive des extensions lors de la réunion Icann à Paris (juin 2008) et un lancement originel prévu fin 2008, ils se désespèrent. Chaque nouveau rassemblement « icannien » apporte son lot de report que cela se déroule au Caire, à Mexico, Sydney ou Séoul… Après un prochain raout en Afrique dès mars 2010, l’Icann reviendra en Europe (continent du péché originel en matière de nouvelles extensions) à Bruxelles exactement en juin 2010. Ce tour du monde de deux ans se confluera peut-être enfin par un cahier des charges et un calendrier précis.

En effet, Séoul a marqué la révolte des créateurs de nouvelles extensions. Dégoutés des retards répétitifs, ils ont obtenu l’accord de l’Icann pour créer un groupe de travail autour des expressions d’intérêts.
Ses membres réfléchissent aux modalités pour les nouveaux suffixes de se faire connaître avant l’ouverture officielle.

Payer pour se faire connaître

Cette sorte de pré-enregistrement serait payante (on parle d’un palier à 50 000 $, non remboursables, mais déduits des frais initiaux ICANN qui s’élèvent à 185 000 $) pour éviter aux demandes loufoques de voir le jour. L’argent serait placé chez un tiers séquestre non « icannien ».

La méthode a plusieurs avantages. L’Icann aurait une idée plus précise du nombre de programmes sérieux. Les sociétés qui voient leurs « business plan » systématiquement repoussés pourraient rassurer leurs investisseurs.

Mais ce « bas les masques » avant l’ouverture du bal peut aussi avoir ses inconvénients pour les CorpTLD qui se dévoileront. Votre concurrent direct prendra connaissance de votre stratégie et aura peut être encore le temps de réagir…
D’autres pourraient soumette des demandes identiques pour vous soutirer quelques espèces. La foire d’empoigne n’est pas finie ! Ce nouveau groupe de travail a donc du… travail pour éviter les pièges d’une accélération nécessaire pour promouvoir les nouvelles extensions.

Pour en savoir plus
:
Nouvelles-Extensions.COM