C’est parti pour les extensions pays en russe et en arabe

La marche en avant vers un internet adapté aux langues et aux caractères de chaque être humain se poursuit chaque jour un peu plus.

Loin des tergiversations sur les projets de nouvelles extensions en caractères latins (.sport, .eco, …), les projets avancent, et un grand pas vient d’être franchi avec la réussite, annoncée en cette fin de semaine par l’ICANN, des tests préalables à tout projet de nouvelle extension en IDNs (caractères non latins)

Les processus conduisant à la création de ces nouvelles extensions avait été approuvé par le conseil de l’ICANN à sa réunion annuelle à Séoul, le 30 Octobre 2009. Les premières demandes ont été reçues à partir du 16 Novembre 2009. Le processus permet aux pays et territoires de présenter des demandes à l’ICANN pour les TLDs en IDN, qui représentent leurs pays respectifs ou des noms de territoires, en alphabets autres que latin.

A cette époque de l’ICANN avait reçu un total de 16 projets, qui représentait un total de huit langues (plus d’infos sur le site de l’ICANN : http://www.icann.org/en/topics/idn/fast-track/)

Quatre d’entre eux ont désormais passé avec succès les premiers tests et sont donc prêts à passer à l’étape suivante, et à demander l’attribution officielle de délégation pour leurs extensions. Ces projets sont ceux de l’Egypte, de la Fédération de Russie, des Emirats arabes unis et de l’Arabie saoudite.

Rappel sur le processus mis en place par l’ICANN

Pour mémoire, les porteurs de ces projets ont à remplir un certain nombre d’exigences :

– les caractères de l’extension doivent utiliser un alphabet non-latin;

– les langues utilisées doivent être officielles dans le pays ou le territoire correspondant;

– Un ensemble précis d’exigences techniques doit être respecté, notamment en ce qui concerne la structure et la stabilité des DNS.

Le processus d’évaluation comporte trois étapes:

Préparation du projet par le demandeur dans le pays / territoire. Le projet doit faire l’objet d’un réel consensus.

Tests concernant les exigences techniques et linguistiques de la chaîne de caractères proposée pour les nouvelles extensions. Les demandes sont reçues par un système disponible en ligne accompagnés de documents supplémentaires à l’appui du processus.

– Les projets ayant passé les tests avec succès sont ensuite autorisés à présenter officiellement une demande de délégation. C’est à ce stade que nous en sommes aujourd’hui pour les 4 heureux élus.

Une évolution majeure

Il s’agit d’une évolution majeure. On parle bien ici d’extensions en IDNs, et non pas de noms de domaine en IDNs.

Une confusion est souvent faite depuis quelques jours sur ces projets car dans le même temps de nombreuses extensions pays (« ccTLDs ») ont offert la possibilité d’enregistrer et d’utiliser des domaines en caractères accentués ou non-latins (exemple : леини.eu).

Cette annonce de l’ICANN concerne bel et bien la création d’extensions pays en caractères non latins : c’est la partie à droite du . qui est concernée.

Le Mailclub, l’un des quelques bureaux d’enregistrements français accrédités par l’ICAN, propose déjà un clavier multi-alphabets sur son moteur de recherche gratuit de disponibilité de noms de domaine. Il va d’ici peu de temps adapter ce clavier virtuel pour gérer ces nouvelles extensions, et a modifié en profondeur tous ses systèmes internes pour être prêt pour cette nouvelle dimension de l’internet.

A lire aussi sur le même sujet :

– Le communiqué de l’ICANN : http://www.icann.org/en/news/releases/release-21jan10-en.pdf