Bientôt un .FACEBOOK ?

Depuis quelques jours, le numéro 1 des réseaux sociaux Facebook propose des adresses URL personnalisées à ses fidèles membres. Un premier pas avant la création de noms de domaine directement en .FACEBOOK ?

Les adresses internet à rallonge made in Facebook vont progressivement disparaître en lieu et place de facebook.com/votrenom ou votre pseudo, voir votre marque !.
Plus d’un million d’identifiants ont déjà été créés lors de la première heure d’ouverture.

Après une « sunrise period » qui a permis aux marques de bloquer leurs signes distinctifs, l’attribution de ses noms se fait sur la base du « premier arrivé, premier servi ». Cela ne vous rappelle pas quelque chose ?
Et oui, le célèbre précepte de distribution des noms de domaine a été choisi pour allouer des URL personnalisées aux 250 millions de membres Facebook dans le monde.

La société pense que sa démarche permettra aux utilisateurs de communiquer plus facilement leur profil et d’optimiser leur référencement dans les moteurs de recherche.

Nouvelle source de revenus

L’initiative de Facebook est gratuite mais elle ressemble beaucoup à un ballon d’essai pour conforter l’idée de créer sa propre extension (CorpTLD). Concrètement, vous vous rendrez sur un profil via votre nomdedomaine.FACEBOOK.

Cela permettrait à la marque de générer de nouveaux revenus si elle choisit de les vendre et de fédérer encore plus ses membres autour de son nom. Si un utilisateur sur deux opte pour un .FACEBOOK, l’extension deviendrait la plus répandue au monde devant le .COM… Une projection pas si surréaliste que cela !

Le potentiel est énorme et d’autres réseaux (Linkedin, MySpace, Twitter, Viadeo…) seront sûrement tentés. Certains projets de nouvelles extensions « corporate » prévoient une commercialisation de leurs noms de domaine avec de multiples usages (email, blog…) qui fait partie du modèle économique du CorpTLD.

Plus innovant encore, imaginez que Google ou Yahoo se lance dans cette aventure et propose la vente de mots clefs comme noms de domaine. Les entreprises n’achèteraient plus uniquement des « adwords » mais loueraient un terme comme banque.google. Une adresse qui vaudra cher…
Qui a dit que créer un CorpTLD était onéreux ? Ses revenus restent insoupçonnés.

Pour en savoir plus :
– Le site CorpTLD.com
– Lire nos articles sur les CorpTLD