Les extensions en perdent leur latin !

Séoul, son fleuve Han, son temple bouddhiste Jogyesa, ses dix millions d’habitants et… son sommet Icann historique. La légende des noms de domaine retiendra que c’est dans la capitale de la Corée du Sud que les extensions nationales auront obtenu leur pendant en caractères locaux. De quoi en perdre notre latin !

Extension pays en VO

Petit rappel pour les béotiens, un nom de domaine est constitué d’une chaine de caractère (01net) associée à une extension (.COM, .FR…). L’implémentation de caractères internationaux dans la chaine de caractère 01net existe depuis longtemps pour certaines extensions (lire ma chronique à ce sujet).
La nouveauté Icann concerne l’extension qui va également pouvoir être accessible en version originale ! Le ramdam médiatique autour de cette annonce (« c’est le plus grand changement technique sur internet depuis son invention il y a 40 ans » dixit l’Icann) n’est pas anodin. Sur les 1,6 milliard d’internautes dans le monde, plus de la moitié utilisent des langues dont l’écriture n’est pas en caractères romains.

Surtout l’Icann répond à une forte demande des pays dont la langue principale n’est ni celle de Shakespeare ou Molière et qui trépignent depuis de longues années. Devant ses atermoiements, la Chine a pris les devants et utilise depuis 2003 trois extensions en idéogrammes correspondant à une translittération des .CHINE, .COM et .NET. Ils sont gérés localement par un organisme indépendant de l’Icann.

C’est déjà demain

Quelques années après, l’Icann revient avec un dossier prêt ? Normalement, oui.
L’implémentation de ces extensions dans de nouveaux alphabets (programme intitulé « IDN ccTLD » dans notre microcosme, essayez de le placer en soirée, cela confirmera votre exceptionnelle érudition) sera autorisée à partir du 16 novembre 2009 !
Précipité ? A priori, non. La Russie prévoit le lancement de son extension nationale version cyrillique dès le 25 novembre 2009 avec une priorité pour les détenteurs de marques… cyrilliques, forcément ! Aux Émirats Arabes Unis, le .AE est aussi sur les rangs pour lancer en 2010 son extension en langue locale.
Depuis octobre 2007, onze extensions en arabe, chinois simplifié, chinois traditionnel, coréen, grec, hindi, japonais, perse, russe, tamil et yddish ont été testés par l’Icann.
La traduction de l’extension elle-même en IDN va bouleverser le nommage traditionnel et cela très rapidement !

De quoi nous désarçonner pauvres français. J’imagine déjà les prises de tête à venir avec les entreprises hexagonales qui vont vouloir déposer leurs noms de domaine totalement en VO. Déjà que certains emails avec un simple « é » peuvent être bloqués par des systèmes d’anti spam intransigeants, alors valider un devis avec un nom de domaine entièrement en cyrillique risque d’être comique. A vos claviers !

Pour en savoir plus :
Lire nos articles sur les IDN