Les communautés multilingues et les IDNs

Verisign, et 25 autres acteurs de l’Internet, demande à l’ICANN des prix forfaitaires réduits lors de dépôts « groupés » de TLD IDN. Le 17 mai dernier, l’ICANN a accusé réception d’un courrier par lequel 26 requérants ont fait état des problématiques subsistantes qui résultent de la publication, en avril dernier, du « proposed final applicant guidebook ».

Quid des communautés multilingues?

Selon le groupe de signataires, le guide ne prévoit pas les hypothèses dans lesquelles, un Registre souhaiterait offrir à l’enregistrement des extensions correspondantes à plusieurs langues utilisées au sein d’une seule et même communauté.

Afin de trouver et de préserver un équilibre entre les intérêts de l’internaute et ceux des communautés linguistiques, il est demandé à l’ICANN d’autoriser le dépôt de demandes « groupées » d’extensions IDN appartenant à une communauté. Ce « groupement » impliquerait un prix forfaitaire réduit.

Deux catégories de communauté bénéficiaires de « l’offre groupée »

Les signataires envisagent deux types de communauté qui pourraient bénéficier du « groupement » des dépôts :

– Communautés au sein desquelles diverses langues sont parlées

A titre d’exemple, il est cité l’Afrique du Nord où plusieurs dialectes sont employés.

– Communautés de langues peu parlées

A titre d’exemple, le Groupe cite l’Arménien, le Laotien, l’ Amharique (Ethiopie). Ces dialectes pourraient disparaître de la toile si le montant de 185 000 USD pour chaque dépôt de demande n’est pas révisé.

D’après le Groupe de signataires, outre la participation de l’ICANN dans la lutte contre l’extinction des langues, ce prix « global » réduirait les coûts de l’ICANN relatifs à l’examen des demandes ainsi que ceux des déposants.

En conclusion, il semble que la course aux IDN engendre de nombreuses problématiques liées à l’allocation des TLD IDN. Ainsi, l’ICANN doit tenter de dégager les meilleures solutions en vue d’assurer à l’internaute final une utilisation paisible des noms de domaine internationalisés.