L’accent canadien en avance sur l’accent français…

Le registre officiel canadien (ACEI) a lancé hier la seconde et dernière étape de sa consultation sur la mise en œuvre des caractères accentués français dans les noms de domaine .CA, en vue d’un lancement en 2012.

L’ACEI a reçu environ 350 commentaires sur le forum en ligne et que plus de 50 mémoires au cours la première étape de cette consultation publique. L’équipe mise en place a préparé le rapport présentant les faits saillants des réponses et résumant les principaux thèmes évoqués dans la rétroaction reçue. Ce rapport est consultable sur consultationidn.ca.

« Les noms de domaine internationalisés sont essentiels pour permettre aux Canadiens d’enregistrer des noms de domaine dans les deux langues officielles au Canada et d’y accéder », a affirmé M. Byron Holland, président et chef de la direction de l’ACEI. « L’envergure de la rétroaction que nous avons reçue pendant la première étape de la consultation montre bien à quel point cet enjeu est important pour nos titulaires », a-t-il poursuivi.

L’ACEI a réexaminé son projet au vu des commentaires reçus au cours de la première étape de la consultation. La nouvelle proposition est consultable en ligne, toujours sur consultationidn.ca. Les membres, les titulaires et les registraires .CA tout comme les internautes canadiens sont invités à communiquer leurs commentaires en ligne ou à transmettre un mémoire à ce sujet d’ici le 24 février 2012.

Le Canada lancera sans doute ses IDNs avant la France, qui peine toujours à fixer un calendrier précis pour rendre les accents compatibles avec les domaines en .fr. Les choix stratégiques ont été tels que ce projet verra le jour des années après d’autres pays. C’est à la fois dommage et surprenant, nous ne le répèterons jamais assez, dans un pays dont la langue comporte autant d’accents.

Le mode opératoire choisi par le Canada est également exemplaire, et aurait avantageusement pu nous servir de modèle. La transparence et l’efficacité y auraient gagné, car si le fait de fixer une date limite est un défi, il impose aussi une certaine rigueur pour parvenir à tenir ses objectifs.