Le déclin du « domain tasting »

En juin 2008, plus de 17 millions de noms de domaine étaient enregistrés puis supprimés durant la période dite de « grâce ».
Un peu moins d’un an s’est écoulé depuis l’entrée en vigueur de la politique de l’ICANN, visant à diminuer le nombre d’enregistrements spéculatifs durant cette phase. Un bilan positif vient d’être publié publié.

C’est dans le but de lutter contre cette pratique appelée « domain tasting » que diverses limites ont été instaurées l’an passé.

Jusqu’en 2008, les « registrars » accrédités par l’ICANN pouvaient, pendant les cinq jours suivants le dépôt d’un gTLD, décider de la suppression du nom de domaine déposé (Add Grace Period).

Cette possibilité avait initialement était introduite afin de permettre aux personnes ayant réalisées une faute de frappe dans la saisie de leur nom de domaine, de pouvoir le supprimer sans qu’aucun frais ne soit facturé.

Une utilisation détournée

Cela a également permis l’apparition du « domain tasting », procédé visant à enregistrer un nom de domaine afin d’évaluer le trafic généré durant la « période de grâce » de cinq jours.
En fonction de l’importance du trafic remarqué, le nom de domaine est conservé ou supprimé.

Pour lutter contre ces agissements, le directoire de l’ICANN a approuvé en janvier 2008 une mesure visant à rendre les droits d’inscription de 20 cents dus par les « registrars », non remboursables.

Puis en juin 2008, l’ICANN a voté une résolution supplémentaire limitant les remboursements des redevances de dépôts allouées aux « registrars » durant cette période.
Ainsi, seul un montant équivalant à 10 % du total des nouvelles inscriptions effectuées par le registrar ou, à l’enregistrement de 50 noms de domaine peut être retourné à ce dernier.

Diminution de 99.7% des annulations

Dans son rapport publié le 12 aout 2009, l’ICANN énonce que les enregistrements spéculatifs auraient diminués de 99.7 %. C’est donc un franc succès qui permet de démontrer, selon la déclaration du nouveau président de l’ICANN Rod Beckstrom, la force de collaboration des différents acteurs de la communauté Internet.
Mr Beckstrom ajoute qu’il est extrêmement gratifiant de voir comment un sentiment de responsabilité collective peut permettre de résoudre aussi rapidement un problème identifié.

Preuve du bon fonctionnement du modèle de gouvernance

Mr Beckstrom conclue que « c’est un autre élément de preuve du bon fonctionnement du modèle multipartite de gouvernance, actuellement en place ».
A ce titre il remercie tous les acteurs impliqués.

A l’heure ou le type de gouvernance est remis en cause, il est d’autant plus important d’insister sur les réussites d’un système en place depuis plus de dix ans.

Pour en savoir plus :
Lire nos articles sur le « domain tasting »
Lire nos articles sur l’ICANN