L’extension chinoise temporairement réservée aux personnes morales locales

Lors de l’ouverture d’une extension, quelques soient les règles d’enregistrement qui la régiront en définitive, auront le plus souvent lieu différentes périodes prioritaires d’enregistrement aux règles restrictives ; chaque principe ayant son exception. Les nouvelles mesures implémentées par le registre chinois ces dernières semaines illustrent une telle dérogation. Les noms de domaine sont décidément une matière parfois déroutante et, en perpétuelle évolution…

Exclusion temporaire des registrars étrangers du système d’enregistrement

Après avoir le mois dernier, instauré une procédure d’enregistrement formelle et interdit le dépôt de noms de domaine aux personnes physiques, le registre chinois a informé hier son co-gestionnaire « Neustar », en charge du traitement des demandes émanant de bureaux d’enregistrement étrangers, de la fermeture temporaire de son extension aux registrars non établis en Chine, à compter de ce jour.

Un modèle de gestion atypique

Le registre chinois dispose d’un modèle de gestion particulier, distinguant les registrars locaux, des registrars étrangers. Ainsi, les registrars étrangers sont compétents via Neustar pour connaitre de la soumission de demandes provenant de personnes morales étrangères, alors que les registrars locaux sont habilités à recevoir les requêtes de leurs ressortissants.

Les enregistrements restreints aux personnes morales chinoises

Cette annonce signifie qu’à partir de ce jour, seuls les registrars chinois restent compétents pour l’enregistrement de noms de domaine en « .CN ».
Les requérants étrangers apparaissent alors ne plus être éligibles à l’obtention d’un nom de domaine enregistré en « .CN ».

Cette annonce apparait avoir été prématurée, le registre n’ayant pas implémenté de procédure adéquate permettant la vérification des demandes reçues. Il semble que se soit pour cette raison que le registre ferme aujourd’hui son extension aux registrars étrangers.

Les personnes morales chinoises restent éligibles à l’enregistrement via leurs bureaux d’enregistrements locaux. En revanche, les personnes morales étrangères apparaissent ne pas pouvoir déposer de noms de domaine via un de nombreux registrars chinois, la problématique de vérification des données restants la même.

Vers de nouvelles restrictions ?

Une fois la procédure de vérification des données envoyées par les demandeurs étrangers mise en place, les enregistrements devraient pouvoir reprendre.
Nous ne sommes cependant pas à l’abri de nouvelles restrictions.
On peut imaginer devoir par la suite, envoyer son Kbis traduit en Chinois et/ou par courrier postal….

Cette suspension n’impacte en revanche pas les noms de domaine déjà enregistrés, quelque soit la nationalité du titulaire.

La Biélorussie suit également ce mouvement restrictif, confirmé par l’annonce de son Président qui précise que toute publication de contenu sur Internet sera à l’avenir conditionnée par un processus d’identification de l’auteur.

Mailclub.info ne manquera pas de vous tenir informer des évolutions de cette nouvelle restriction pour le moins surprenante.