Un .eu plus cher lors de la « sunrise period »

L’Eurid a réuni vendredi dernier les futurs « registrars » du .eu (dont le MailClub) à Bruxelles. Une rencontre qui a permis d’éclaircir les conditions de lancement des noms de domaine en .eu et de dévoiler des tarifs d’enregistrements plus élevés lors de la « sunrise period ».

Les tarifs communiqués ne sont pas ceux auxquels seront commercialisés l’extension européenne. Ils correspondent au prix que devront régler les différents « registrars » (bureau officiel d’enregistrement) à l’Eurid. Ce prix ne prend pas en compte le « droit d’entrée » à régler pour être « registrar », les coûts de gestion du bureau officiel, sa marge, les infrastructures techniques et humaines à mettre en place

Une validation coûteuse

Le dépôt (ainsi que le renouvellement et le transfert d’un nom de domaine en .eu) coûtera 10 € HT / an. Ce prix était déjà connu. Réactiver un .eu expiré reviendra à 20 €.

La révélation vient des tarifs appliqués lors de la « sunrise period » par l’unique agent de validation du .eu, PriceWaterhouseCoopers (PWC) Belgique :
45 € pour les demandes d’enregistrement de la première « sunrise period » (novembre 2005),concernant les détenteurs de marques.
85 € pour les demandes d’enregistrement de la seconde « sunrise period » (janvier 2006), concernant les détenteurs d’autres droits.

En ce qui concerne, les demandes des organismes publics, le prix sera de 35 €.

Ces tarifs se rajoutent aux frais de dépôts (10 € pour l’enregistrement + 45 € pour un dépôt de marque).

Pour les noms de domaine .eu demandés par plusieurs personnes avec des droits équivalents, ce sera la règle du « premier arrivé, premier servi ». Même si la demande n’aboutit pas, PriceWaterhouseCoopers (PWC) Belgique conservera 15 € pour ses frais de dossiers.

Détails opérationnels de la « sunrise period » du .eu

Lors de la « sunrise period », le client passe sa commande auprès du « registrar » (comme le MailClub), qui la transmet à l’Eurid.

L’agent de validation belge vérifiera les demandes, et confirmera le dépôt au client. Il s’en suivra une période de 40 jours d’attente avant que le nom de domaine ne soit enregistré.

L’Eurid, très sensible aux sociétés proposant déjà des pré-enregistrements en ligne, a déclaré que ce type de bureau ne pourra pas devenir « registrar ».

Si les coûts d’enregistrements de .eu apparaissent plus élevés que prévus lors de la « sunrise period », les détenteurs de marques et autres droits antérieurs pourront-ils se passer de cette période d’enregistrement prioritaire ? Attendre avril 2006 avec ses tarifs plus classiques, et l’ouverture à tous est dangereuse. De plus, ces coûts élevés ne le seront que sur la première année. Les réabonnements de .eu n’auront pas à justifier des frais de validation.

Pour découvrir notre dossier spécial .eu, cliquez ici.