Tokelau se soucie enfin du droit des marques

Depuis 2005, l’extension nationale de Tokelau n’a cessée de connaître un succès croissant autour d’un marketing original basé sur les enchères. Plus d’un million sept cent mille noms de domaine sont enregistrés sous cette extension. Cette réussite a entraîné des dérives que le Dot.TK et le gouvernement local ont tenté de limiter via une période d’enregistrement prioritaire pour les détenteurs de marques.

En 2001, le gouvernement de Tokelau fut approché par Joost Zurrbier un entrepreneur hollandais souhaitant présenter devant l’ICANN un projet visant à l’attribution d’une extension Internet propre à cet archipel, le « .TK ».

Son idée est d’obtenir la délégation par le gouvernement de la gestion de cette extension Internet en contrepartie d’un partage des bénéfices retirés de cette exploitation entre sa société et le gouvernement de Tokelau. L’approbation de l’ICANN arriva quatre ans plus tard.

Extension officieuse des enchères

Inspiré par le succès de l’extension markétée tuvalienne « .TV », Joost Zurrbier a l’idée de créer pour Tokelau en annexe de son service de nom de domaine payant, un service de redirection d’URL « gratuit ».
Pour utiliser cette redirection de noms de domaine, il faut au préalable disposer d’une page Internet en ligne et accepter la diffusion de bandeaux publicitaires sur son site.

Associé aux sociétés Yahoo et Ebay, le .TK s’est vu désigné comme l’extension officieuse des enchères sur Internet.
L’originalité de cette offre est qu’elle propose systématiquement une redirection URL plus courte et donc plus facilement mémorisable.

.TK représente 10 % du PNB national

Les bénéfices retirés de l’exploitation de cette extension sont tels qu’ils représentent actuellement 10 % du PNB de ce petit archipel de 1 500 habitants. Aucune raison ne laissait présager de ce succès, la superficie de ce pays (10 KM²) en faisant le troisième plus petit état du monde, juste derrière la principauté de Monaco et le Vatican.

Victime de son succès, le .TK fut mis en péril par l’utilisation de pop-up pour l’affichage des publicités. Plusieurs éditeurs d’antispam comme MacFee ont jugé cette extension dangereuse.

Sunrise tardive

Une période d’enregistrement prioritaire (« sunrise period ») de noms de domaine est souvent lancée à la création d’une nouvelle extension. Le .TK avait sauté cette étape, qu’elle vient juste de rétablir.
Du 26 octobre au le 3 décembre 2007, les détenteurs de marques enregistrées dans le monde entier ont eu la possibilité d’enregister leurs noms de domaine en .TK équivalents.

.TK comme TrademarK ?

Cette période est désormais clôturée. Les noms de domaines payants peuvent de nouveaux enregistrés librement sans fourniture de justificatifs.

La sunrise s’est bien déroulée, et la récente association du .TK avec le terme de « trademark » est devenue une nouvelle composante du succès de l’extension des Tokelau.