Roumanie, Bulgarie, les fausses soeurs jumelles

Roumains et Bulgares ont rejoint en même temps l’Union Européenne le 1er janvier 2007. Si les deux pays sont voisins, les conditions d’enregistrement de leurs extensions nationales (.ro, et .bg) sont diamétralement opposées.

Une Roumanie litigieuse

La Roumanie ouvre l’enregistrement de ses noms de domaine en .ro à tous. Aucune présence locale n’est exigée pour le .ro. C’est une extension européenne à risque, accessible pour quelques dizaines d’euros.
Face au cybersquatting, le nic propose des résolutions de litiges alternatifs. Plus de 86 cas ont été relevés depuis septembre 2000, avec de nombreuses sociétés internationales telles que michelin.ro, ikea.ro, auchan.ro, nivea.ro, novotel.ro, casio.ro, philips.ro

Le nic propose propose également une série d’extensions de troisièmes niveaux comme le .com.ro (commercial), .org.ro (organisations à but non lucratif), .tm.ro (marques), .nt.ro (internet), .nom.ro (particuliers), .info.ro (informations), .rec.ro (diverstissements), .arts.ro (activités culturelles), .firm.ro (entreprises), .store.ro (magasins), .www.ro (activités liées à Internet).

Seule restriction dans les conditions d’enregistrement, une limitation de 26 caractères maximum dans le choix du nom de domaine. Les termes obscènes et pornographiques sont également interdits.

Un .bg fermé

Le .bg bulgare est lui beaucoup plus restrictif.
Seules les sociétés locales et / ou avec une succursale /filiale et / ou ayant un mandataire peuvent enregistrer des noms de domaine bulgares. La demande d’enregistrement doit être signée par le représentant légal avec le cachet du demandeur, avec une copie du document attestant du statut du demandeur signé par le représentant, qui doit pouvoir être identifié sans ambiguïté. Une marque enregistrée désignant la Bulgarie peut ouvrir également les portes de ces conditions impératives.

Le choix du nom est également limité. Le nom de domaine doit être basé sur la raison sociale du demandeur ou sur une marque enregistrée désignant la Bulgarie. Un minimum de 3 caractères par .bg est également exigé.

Tout comme la Roumanie compte plus d’habitants (22 millions) que la Bulgarie (7 millions), ce décalage est aussi visible sur le web. Google référence ainsi plus de 13 millions de sites internet roumains. Deux fois moins pour la Bulgarie, avec 7 millions de résultats. Enfin, si roumains et bulgares peuvent prétendre aux .eu, leurs envies sont différentes. 2 400 roumains ont enregistré .eu, contre 400 bulgares…

Pour en savoir plus :

Gérer vos noms de domaine roumains et bulgares, en cliquant ici

Lire notre article : Roumains et Bulgares peuvent prétendre au .eu

Lire notre article : Quand les marques françaises se font cybersquatter à l’étranger