Quels sont les pays les plus touchés par le cybersquatting ?

Suite de notre dossier spécial Cybersquatting, avec le classement des pays les plus touchés. De la même façon que le MailClub a compilé le nombre de défendeurs comptabilisés par l’OMPI (lire notre article précédent), nous avons procédé d’une manière identique pour les plaignants.

Ainsi, nous pouvons établir un classement des pays qui sont le plus victimes des phénomènes de cybersquatting.

Les Etats-Unis, premiers contrefacteurs, sont aussi les premières victimes du cybersquatting, avec toujours 44 % des cas. Même chose pour le Royaume-Uni, toujours deuxième et toujours aussi loin des américains.

La France touchée

Plus curieux, la troisième place de la France. Piètre cybersquatteur, le français est par contre régulièrement attaqué sur ses noms de domaine. Même chose pour l’Allemagne (11ième cybersquatteur, et 4ième victime) et la Suisse (13ième cybersquatteur, et 6ième victime).

Exportation du cybersquatting ?

Au contraire des pays cybersquatteurs, comme la Corée du Sud (3ième), la Russie (12ième), l’Inde (14ième) n’apparaissent même pas dans les quarante premiers pays victimes de litiges traités l’OMPI. On constate donc pour ces pays là-bas un phénomène d’exportation du cybersquatting.

Les dix principales victimes

Sur les quarante pays comptant plus de cinq cas, voici le classement des 10 premiers :

– 1 : Etats-Unis (.us), 3201 litiges
– 2 : Royaume Uni (.co.uk), 642
– 3 : France (.fr), 606
– 4 : Allemagne (.de), 425
– 5 : Espagne (.es), 391
– 6 : Suisse (.ch), 282
– 7 : Italie (.it), 258
– 8 : Canada (.ca), 157
– 9 : Pays Bas (.nl), 152
– 10 : Australie (.com.au), 147

Pour obtenir le classement complet, demandez notre dossier d’actualité spécial Cybersquatting, en cliquant ici.

Déja paru dans MailClub.info :

– Dossier : Où résident les cybersquatteurs ? un an après, cliquez ici.

– Dossier : Comment récupérer un nom de domaine litigieux dans une extension pays ?, lire la suite.

– ccTLD : Quand les marques françaises se font cybersquatter à l’étranger, lire la suite.