Quelle stratégie noms de domaine pour un club sportif ?

Vous connaissez le classement sportif habituel des clubs de football de Ligue 1. Vous avez déjà considéré votre équipe favorite selon son palmarès, son nombre d’internationaux, son fair-play, son chiffre d’affaires, son nombre de retransmissions télé, d’abonnés… mais avez vous déjà vu votre club classé selon sa politique de noms de domaine ?
A l’heure du foot business, MailClub.info a examiné la stratégie de nommage de chaque club et vous livre en exclusivité les résultats de son étude en trois temps. Aujourd’hui : Quel nom de domaine pour le site principal du club ?

Premier élément de réflexion lors de la création d’un site web, quel nom de domaine pour mon site principal ? Celui que je vais communiquer à mes supporters fidèles ?
La logique marketing impose que plus le nom sera court, prononçable et facile à retenir, plus le site internet sera valorisé.

Les sigles en force !

A ce jeu là, les deux lettres d’om.net (acronyme d’Olympique de Marseille) ou les 3 du psg.fr (au lieu de Paris Saint Germain) ont de quoi faciliter l’appropriation du nom.
La règle constituant à ne retenir que le sigle du club est appliquée une fois sur deux. Dix cas en tout, tels le fcna.fr pour le Football Club Nantes Atlantique.
Autre piste, associer une partie du sigle ou nom de la ville. Le Racing club de Lens devient ainsi rclens.fr. On relève six exemples de ce type.

Plus original, l’association du sigle au numéro de département muc72.fr pour Le Mans Union Club 72. Cas unique en Ligue 1, qu’on retrouve aussi en Ligue 2, avec le grenoblefoot38.fr.

L’Olympique Lyonnais a lui tenu à préciser (au cas où…) que son site internet était bien sur le web, d’où olweb.fr.

Pour les deux clubs qui n’ont pas choisi cette méthode, la stratégie est plus particulière. Le surnom des joueurs bordelais, « Les Girondins » a donné naissance à girondins.com. Rennes a choisi de ne pas mentionner pas le traditionnel « fc » (ndrl : Football Club) pour ne garder que staderennais.com.

.com / .fr, un choix franco-français

En compilant les extensions des clubs de l’élite et de la Ligue 2, nous retrouvons 20 .com, 13 .fr, 2 .net, et un .info (tfc.info pour Toulouse). Les deux extensions les plus utilisées par les internautes français (.com et .fr) se retrouvent logiquement en tête.

Où sont passés les .com de la Ligue 1 ?

Plus particulier, les 6 .com de Ligue 1 sont beaucoup plus faibles que les 14 de la seconde division. La notoriété des clubs de l’élite attirent les cybersquatteurs. Treize clubs ont ainsi le nom de leur site principal pris en .com par un tiers. Et pas des moindres ! olweb.com est clairement mis en vente par son titulaire ! La règle du « premier arrivé, premier servi » a semble t-il fait des dégâts dans ce nouveau championnat.

Pour en savoir plus :
– Petit Déjeuner OM Business Club, le mercredi 19 avril 2006 : La stratégie de marque d’un club sportif

– Découvrez le classement alternatif des clubs de Ligue 1, lire notre article.

A venir :
– Les noms de domaine des grands club européens