Pourquoi les sociétés investissent dans des noms de domaine descriptifs ?

Régulièrement, la presse se fait l’écho de rachats de noms de domaine pour des montants de plusieurs milliers, voir millions d’euros. Ce que l’on appelle le second marché des noms de domaine est une activité dynamique et rentable. Surtout, le référencement de ces noms de domaine permet une visibilité sans commune mesure.

Hotels.com, jeux.com, salledebains.fr

Jouons un peu. Je vous propose un petit test. Rendez-vous sur le célèbre moteur de recherche Google. Comme la grande majorité des internautes, allons faire des requêtes basées sur des termes descriptifs.

Partons pour des « vacances ». Notez le premier résultat (hors liens commerciaux) : vacances.com. Essayons « voyage », deuxième résultat : voyage.fr. Comment s’y retrouver dans la jungle des « hotels », premier résultat : hotels.fr (qui a également le .COM).

Le secteur des loisirs est peut-être particulier. Occupons-nous de notre « maison », premier résultat : maison.fr. La « salle de bains » a besoin d’être refaite : salledebains.fr, premier résultat. Allons faire un peu shopping. Une « chemise » pour Monsieur ? Premier résultat : chemise-homme.com. Des « chaussettes » pour l’hiver ? Je vous laisse deviner le site le mieux positionné… chaussettes.com, évidemment. Une paire de collants pour Madame ? collant.fr en tête.

Un atout dans la bataille du référencement

Je dois avoir de la chance aux « jeux ». Jeux.com (1er résultat Google), jeux.fr (second), jeux.org (quatrième) ne me démentiront pas.

J’arrête la démonstration mais il me semble qu’avoir un nom de domaine descriptif est un atout dans la bataille du référencement.
Attention, je ne suis pas un référenceur, ce n’est pas mon métier. Des centaines d’autres critères que le nom de domaine rentrent en compte. Mais, je comprends mieux pourquoi l’industrie des noms de domaine rachète et valorise ce type de noms premiums. Ils ont d’ailleurs d’autres avantages.
Ils bénéficient de la montée en puissance de la navigation directe (c’est-à-dire, saisir directement le nom de domaine dans la barre d’adresse URL). Testez assurance.fr. Il vous renverra vers assurance.bnpparibas.com. Linge.com ? Direction becquet.fr. Les sociétés titulaires de ces noms de domaine reçoivent un nombre non négligeable de visiteurs qualifiés par mois.

Des actifs pour les sociétés

Contrairement aux éphémères liens sponsorisés, ces noms de domaine font partie du patrimoine de la société.
Ce sont des actifs immatériels au même titre que la marque et s’est ainsi qu’ils sont déclarés comptablement.

Ce phénomène voit l’émergence de véritables marques génériques à l’instar d’hotels.com. Un nom universel, facile à retenir et très performant pour le référencement.

Mais racheter un nom avec une telle valeur ajoutée coûte cher. Le second marché des noms de domaine a la particularité de proposer des occasions (noms déjà enregistrés) plus chères que le neuf (noms disponibles).

Des plateformes spécialisées existent. Sedo, un des principaux acteurs proposent 12 millions de noms de domaines mis en vente par leurs titulaires.

Parmi les tops domaines : bio.fr, annonce.fr, carburant.com ou sex.info.
Mais toutes ces adresses prestigieuses ne sont pas accessibles à n’importe quelle bourse.

Pour en savoir plus :
Lire nos articles sur le second marché
Lire nos articles sur le référencement