Paul Twomey dément une libéralisation effrénée des extensions

MailClub.info a interviewé mardi midi, Paul Twomey, le président de l’Icann, à Paris. Le patron du nommage internet nuance les propos tenus dans le journal « Les Echos » (lire notre article à ce sujet). La libéralisation totale des extensions ne sera pas à la portée de toutes les bourses. Présenter un dossier de création de nouvelle extension reviendra à leur promoteur au minimum à 100 000 dollars. A ce prix là, pas sûr que les 1,3 milliard d’internautes créent leurs propres extensions ! Explications de Paul Twomey pour MailClub.info.

– MailClub.info : Votre interview dans les Echos d’hier a fait polémique dans le monde du nommage. Vos propos donnent l’impression qu’on pourra créer une extension aussi facilement qu’on achète un nom de domaine aujourd’hui

– Paul Twomey : Cela ne sera pas comme acheter un nom de domaine ! Il n’y aura pas de discrimination sur l’entité qui pourra demander la création d’une extension. Cependant, le mécanisme de base de conception d’une nouvelle extension comprend le paiement de frais d’application, plus des frais administratifs de gestion.

Droit d’entrée de 100 000 dollars minimum

– MailClub.info : De quel ordre seront ces frais ?

– Paul Twomey : Les tarifs ne sont pas encore publiés mais on peut s’attendre à un nombre à 6 chiffres en dollars américains.

– MailClub.info : Le droit d’entrée sera uniquement financier ?

– Paul Twomey : Non. Les candidats devront ensuite passer un test en présentant leur business plan et leur programme. Leur capacité technique à gérer un nouveau registre sera également évalué.

Un guide de création prochainement publié

– MailClub.info : Qui validera ces nouvelles extensions ?

– Paul Twomey : Ces dossiers seront validés par l’Icann. Ils seront ensuite soumis à une étude légale visant à vérifier que l’extension proposée ne vient pas en contradiction des lois sur la propriété intellectuelle. Une fois toutes ces données validées, le dossier pourra aboutir. On est donc loin de l’acte d’achat d’un nom de domaine …
Le tout sera donc cadré par l’Icann. Un guide de création de nouvelles extensions sera bientôt publié pour que les candidats puissent se préparer. Les compagnies le souhaitant pourront alors décider si elles créent un .abc pour gérer leurs mails, leur extranet ou leurs sites marchands, en maitrisant tous les paramètres
.

– MailClub.info : Nous voilà rassuré ! Avez vous un calendrier en tête ?

– Paul Twomey : Les conditions précises font l’objet de discussions pour l’instant. L’Icann se réjouit de recevoir les commentaires du plus grand nombre possible de parties, afin d’avancer sur la meilleure voie possible. On peut imaginer le début de la libéralisation pour le second trimestre 2009.