RINDD Mailclub

Ouverture du .in indien

Alors que toute la communauté internationale est marquée par la tragédie qu’a vécue l’Asie du Sud Est, ce début d’année 2005 marque également l’ouverture des noms de domaine de la zone indienne. L’ensemble des protagonistes de l’Internet indien aurait préféré fêter ce nouveau départ dans un autre contexte.

Jusqu’à la fin 2004, les internautes n’avaient accès qu’aux extensions de troisième niveau de type co.in, net.in, org.in, firm.in, gen.in ou ind.in pour les particuliers ; les organisations indiennes s’étant réservés le ac.in pour les académies, le res.in pour les instituts de recherche, le gov.in pour le gouvernement et le mil.in pour les militaires. Si ces extensions perdurent, la vraie nouveauté vient du lancement directement sous le .in depuis le 1er janvier 2005.

Une ouverture à tous en deux étapes

Elle se fera en deux étapes principales :
– Du 01/01/05 au 21/01/05 : « Sunrise period » (période d’enregistrement prioritaire) pour les propriétaires de marques indiennes. Les preuves de l’enregistrement de la marque devront être fournies le 4 février, dernier délai.
A partir de 16/02/05 : Ouverture totale du .id aux sociétés et / ou particuliers indiens et / ou étrangers.
Le détail du lancement est disponible en cliquant ici

Les règles d’enregistrement sont assez classiques (de 3 à 63 caractères). Ancienne colonie britannique, l’anglais est l’une des langues officielles du pays. Le développement de l’internet dans les autres langues indiennes (Hindi, Tamil) avec les « Internationalized domain names » (IDN), domaines accentués, est prévu mais pas encore opérationnel.

Des noms de domaine ont été réservés par les autorités indiennes, dont la liste est disponible en cliquant ici.
Parmi ces termes interdits, on retrouve des noms relatifs à l’Internet (icann, cctld, com…), des lieux géographiques indiens (goa, delhi…), les autorités (presidentofindia), et les pays étrangers.

Cette ouverture du .id au reste du monde risque d’être déterminante pour le web indien. De nombreuses sociétés étrangères cherchent à développer des activités économiques dans le 2ème pays le plus peuplé (1 069 000 000 habitants) du monde. Cette population jeune (36 % de moins de 15 ans), de mieux en mieux éduquée (72 % d’alphabétisés chez les 15-25 ans) construit le géant indien.
Au pays de Gandhi, la ville de Bangalore est devenue le symbole de la réussite technologique du pays. IBM, Intel, Google, Microsoft, Oracle, Philips, Siemens ont déjà investi la capitale informatique du sud du pays.

Pour déposer un .in, merci de nous contacter en écrivant ici.