Noms de domaine, vus à la télé

Plus de 60 %. C’est la part de noms de domaine rendus visibles par les annonceurs dans leurs publicités diffusées à la télévision. Leur exposition reste cependant variable et des règles de présentation semblent s’être déjà construites.

Selon les résultats de notre enquête menée entre le 9 et 16 juin 2007 sur un échantillon de cent spots publicitaires diffusés entre 7 et 22 h sur TF1, France 2, France 3 et M6, 63 % des pubs mentionnent au moins un nom de domaine.

Règle 1 : « Ma pub TV en .FR, tu communiqueras »

Ces campagnes publicitaires consacrent l’extension nationale, le .fr (81 %), loin devant le .com (17 %). Parmi la dizaine de .com (bubendorff.com, gazdefrance.com…), certains assument assez loin le choix en .com en laissant leurs .fr disponibles : roundup-jardin.com, ushuaiamusic.com… Un simple oubli ? Dommage. A une vingtaine d’euros, l’achat du .fr n’aurait pas dû plomber leur budget de campagne télévisée. Parmi les autres extensions, on note un seul intrus : le .org du Planecoenergie.org.

Règle 2 : « A la fin de mes trente secondes, tu me présenteras »

70 % des spots télévisés indiquent leurs noms de domaine à la fin de leurs publicités avec une police variable. 63 % sont mentionnés en bas de l’écran, principalement à droite (44 % : aeer.fr, citroen.fr, lcl.fr, lorealparis.fr, lorealsolar.fr, materne.fr, nivea.fr, pedigree.fr, sofinco.fr, whiskas.fr…), puis au milieu (33 % : alicepourvous.fr, daikin.fr, ebayauto.fr, optic2000.fr, panasonic.fr, peugeot.fr, renault.fr…), et enfin à gauche (23 % : 118218.fr, cetelem.fr, groupama.fr…). Plusieurs spots montrent leurs noms de domaine au centre de leur dernière image de pub : caisse-epargne.fr, essensis.fr, neuf.fr

Règle 3 : « Sois fier de moi, honore-moi »

Certains se distinguent de cette présentation finale somme toute assez classique. Plusieurs sociétés font défiler leurs noms de domaine tout au long de leurs spots : les2vaches.com, nissan-qashqai.fr, tryba.com, varilux.fr… D’autres le citent ouvertement. Le credit-agricole.fr, Cetelem.fr, Poweo.com vous invitent oralement à leur rendre visite sur leur site web. D’autres ont totalement axé leur spot TV sur leur url ; entreparticuliers.com et lecentredumonde.com misent tout sur leurs noms de domaine et le font savoir.

En démarché originale, on note la campagne de la BNP avec les comiques Eric et Ramsy version surfeurs qui indiquent dans leur pub non pas l’adresse classique de la banque mais le site tapluskentrer.com ; un nom de domaine djeuns.

Règle 4 : « Manger bouger, tu devras »

Si plus de 80 % des pubs comprenant un nom de domaine sont en .fr, elles le doivent en partie à la mention manger-bouger.fr obligatoire pour les produits alimentaires. Sur les 17 spots concernés, quatre rajoutent tout de même leurs propres noms de domaine : freedent.fr, geantvert.fr, les2vaches.com, materne.fr.

Règle 5 : « Un jour, tu y viendras »

Parmi les bizarreries de la communication télévisuelle, on note trois cas étranges communicant sur une partie de leur site web : apple.com/fr, canon.fr/offres, nivea.fr/dnage… Une complication supplémentaire pour l’internaute, assez incompréhensible quand apple.fr renvoi sur la version française, ou que dnage.fr est disponible !

Cela reste mieux que rien, car 37 % des campagnes pubs télévisuelles n’intègrent donc pas de noms de domaine. Un choix a priori délibéré car toutes ces grands sociétés disposent pourtant de sites webs. Simple oubli, étourderie ? Parmi ces sociétés, on a du mal à comprendre que des Numericable ou Nintendo Ds plutôt branché NTIC n’intègrent pas leur URL. On retrouve de tout chez les grands absents ; des grandes enseignes (Super U, Intermarché, Feu Vert), des produits de beauté (Armani, Dior Homme, Dop, Garnier, Narta, Veet), des assurances (Gan, MMA) ou des constructeurs automobiles (Ford, Seat). Est-ce que ces marques réagiront, histoire de se préoccuper des 29 millions d’internautes français ?

Afin de suivre la tendance de cette communication audiovisuelle, MailClub.info vous proposera un baromètre trimestriel des campagnes publicitaires comprenant des noms de domaine. Rendez-vous à la rentrée !