Milka, la vache et la prisonnière

Milka Budimir est prisonnière du géant Kraft Foods. Hier soir, le Tribunal de grande instance de Nanterre a ordonné le transfert de milka.fr à la société américaine.

Souvenez-vous. En fin d’année dernière (lire notre précédent article), les médias sont émus par une couturière de Bourg-lès-Valence, dénommée Milka Budimir, attaquée par le géant agro-alimentaire. Ce dernier veut récupérer le nom de domaine d’une de ses marques phares milka.fr. Depuis 2001, Milka Budimir l’utilise pour promouvoir son activité professionnelle. Le litige se poursuit jusqu’au tribunal de Nanterre.

Un jugement vache pour la couturière

Hier, la sentence tombe. Les juges considèrent qu’«en réservant et utilisant le nom de domaine milka.fr, Mme Milka Budimir a fait un emploi injustifié des marques dénominatives notoires Milka dont Kraft Foods est propriétaire». Pour eux, Kraft Foods n’a commis « aucune faute dans l’utilisation du nom Milka qui existait bien avant la naissance de Mme Budimir ».

La décision du tribunal est assez vache pour la coutière : interdiction d’utiliser son site web et transfert du nom de domaine à Kraft Foods à effectuer dans le mois. Si la coutière ne s’exécute pas, elle devra s’acquitter d’une astreinte de 150 euros par jour.

Une affaire à suivre

Gérard Haas, l’avocat de Milka Budimir, a confié à l’AFP, son désarroi. « Nous sommes désolés de voir que le droit des marques triomphe sur le droit des personnes. Il y a de grandes chances que nous fassions appel ».

L’affaire sera donc peut-être à suivre. Si Kraft Foods se lance à la reconquête de l’ensemble des noms de domaine en .fr correspondant à ses marques, nous sommes impatients de voir leur attaque auprès du propriétaire de cotedor.fr… Qui n’est autre que le département français du même nom.

Les experts en communication de grands groupes jugeront de l’utilité d’une stratégie de dépôt préventif de noms de domaine qui évite les mauvais coups de pub.

Quand à la couturière, elle méditera sur cette pensée de Madame de Sévigné, « Prenez du chocolat afin que les plus méchantes compagnies vous paraissent bonnes ».