Logo RDV International e-commerce VAD

Libéralisation du .pro ?

Lancé en mai 2002, le .pro était destiné aux professions libérales américaines. Le principal « registrar » (bureau officiel d’enregistrement) vient d’autoriser l’enregistrement à tous des noms de domaine en .pro. Un coup de tonnerre qui plonge la « registry » (organisme en charge de la gestion d’une extension) en plein embrouillamini. Retour sur la gestion problématique de ce sTLD, à l’heure où l’Icann va créer les .travel et .jobs.

9 extensions « sponsorisées »

Actuellement, il existe 9 extensions dites sponsorisées (sTLD, Sponsorised Top Level Domain), comme le .museum (pour les musées), le .aero (à destination de l’industrie du transport aérien), le .coop (pour les coopératives), ou le .edu (écoles supérieures et universités). Leur charte de nommage restrictive se distingue des libéraux .com, .net, .org, .info et .biz.

Cependant, la commercialisation des extensions sponsorisées (trois en 1995, quatre en 2002…) n’a pas été un succès retentissant. Gros plan sur la gestion alambiquée du .pro.

Une ouverture directe en .pro

En 2002, la « registry » du .pro a créé cette extension pour identifier les médecins, avocats, et comptables américains. Initialement, un avocat pouvait ainsi déposer son nom.law.pro.

Cet accès unique en troisième niveau a été supprimé en 2004. Une « sunrise period » a permis aux détenteurs de marques de commerce et de services de réserver en priorité leurs noms de domaine en .pro durant six semaines.

Cette restriction abandonnée, le .pro s’est ensuite ouvert à d’autres nationalités. En septembre 2004, les médecins, avocats et experts-comptables canadiens sont autorisés à déposer des .pro. Puis en octobre, c’est les professions libérales allemandes qui y sont autorisées.

Par la suite, la « registry » du .pro a continué à concevoir une kyrielle d’extensions de troisième niveau. On en compte 7 actuellement : .law.pro, .jur.pro, .bar.pro, .med.pro, .cpa.pro, .aca.pro et le petit dernier .eng.pro. pour les ingénieurs américains.

Des rumeurs de nouvelles créations circulent. Dans les mois à venir, les architectes avec le arc.pro, les dentistes (dds.pro), les enseignants (ed.pro), les pédiatres (pod.pro), les nutritionnistes (ntr.pro), les pharmaciens (pha.pro), les psychologues (psy.pro), et les vétérinaires (vet.pro) pourraient prétendre au .pro.

Une dynamique d’ouverture accélérée

Cette « belle dynamique » risque bien d’être stoppée par l’attitude du plus important des « registrar » (bureau officiel d’enregistrement) du .pro. Il vient d’autoriser les dépôts et l’utilisation de noms de domaine en .pro à tous. Seule condition, le « registrar » en question s’indique en tant que contact administratif.

On attend avec impatience la réaction de la « registry » qui sera déterminante pour l’avenir du .pro.