L’extension espagnole s’ouvrira aux sociétés européennes

Le nic espagnol a décidé d’ouvrir son extension nationale .es, sûrement au printemps 2005. La présence locale ne sera plus requise. Il suffira de l’adresse d’un contact administratif dans l’Europe Communautaire !
Interview exclusive d’un des membres du Nic espagnol.

MailClub.info : « Est-il vrai que les règles d’enregistrement du .es vont évoluer dans les mois à venir ?

Esnic : Oui, mais les nouvelles règles des noms de domaine en .es ne sont pas encore publiées. Nous avons seulement une ébauche de ce document (disponible en cliquant ici).
Cependant, je peux vous confirmer que pour enregistrer un .es, il suffira d’un contact administratif ayant une adresse dans n’importe quel état de l’Union Européenne.

MC : A-t’on une idée de la date d’ouverture ?

Esnic : La date de publication des règles n’est pas encore connue.

Des conditions actuelles trop exigeantes

MC : Pourquoi changez-vous les règles du .es ?

Esnic : L’Esnic change les conditions car elles sont actuellement très exigeantes. Nous essayons de les assouplir afin qu’il soit plus facile d’enregistrer en .es.

MC : Ce changement est-il dû au futur lancement du .eu, qui risque de concurrencer les extensions nationales ?

Esnic : Il n’y a aucun rapport avec la future extension européenne.

MC : Y aura-t-il une baisse de prix ?

Esnic : Comme l’indique le document de travail, la nouvelle proposition introduit une réduction substantielle des tarifs pour l’achat de noms de domaine de deuxième et troisième niveau. Cette baisse est motivée par une diminution importante des prix associés aux tâches d’assignation et par la gestion électronique des futures demandes.

Une « sunrise period » prévue

MC : Cette ouverture ne risque t-elle pas d’engendrer des litiges ?

Esnic : Afin de lutter contre ces éventuels conflits, nous reprendrons les principes basiques qui régissent les systèmes de résolution extrajudiciaire de conflits. C’est le nic qui développera ce procédé. Cette plus grande liberté dans le dépôt sera compensée par la subsistance de la règle d’intransmissibilité des noms de domaine.

MC : L’ouverture du .es donnera t’elle lieu à une « sunrise period » ?

Esnic : Pour éviter des situations d’abus dans la phase initiale de mise en marche des nouvelles règles applicables au « .es », une période de contrôle échelonnée a été prévue pour que les administrations publiques et les titulaires de droits de propriété industrielle puissent inscrire leurs noms de domaine en avance. »

On le subodorait depuis un petit moment et c’est Secrétariat d’État de Télécommunications et pour la Société de l’Information qui a confirmé l’information de l’ouverture du .es.
Après une période de consultation qui s’est conclue le 22 décembre 2004, le nic espagnol détaille dans cette interview les principales évolutions.

Une simple adresse d’un contact administratif dans l’Europe Communautaire comme condition d’enregistrement fait passer l’extension espagnole d’un extrême à un autre.

Actuellement, pour déposer un nom de domaine directement sous le .es, il faut soit être enregistré au registre du commerce espagnol, soit détenir une marque espagnole.
Attention, le fait d’être reconnu comme entité espagnole ne signifie pas abandon du droit au nom. Bien au contraire, il est possible d’enregistrer uniquement le nom exact de la société ou de la marque. Seule souplesse, l’enregistrement de l’abréviation correspondant au nom de la société est autorisé.

Le .es décroché par les autres extensions européennes

Cette charte contraignante a placé l’extension espagnole parmi les plus mauvais élèves européens. Avec seulement 85 000 noms de domaine enregistrés, le royaume se classe 13ième sur les 25 extensions européennes, derrière la Hongrie ou la République Tchèque !

De plus, ce chiffre de 85 000 est gonflé par 28 000 noms de domaine de troisième niveau (.com.es, .org.es, .gob.es, .edu.es et .nom.es), dont 75 % sont des .com.es, extension ouverte aux sociétés étrangères ! Statistiques complètes disponibles en cliquant ici.

Si la zone .es est une des plus sûres, elle est aussi une des moins développées. Dans un « marché » des noms de domaine de plus en plus concurrentiel, où le futur .eu fait figure d’épouvantail auprès des « registry » nationales, le .es va donc s’ouvrir.

Cette réforme spectaculaire des conditions d’enregistrement va entraîner une baisse de prix conséquente. Un prix d’achat peu élevé, des enregistrements automatisés vont sûrement couronner l’extension .es auprès des sociétés étrangères qui cherchent à toucher les 39 millions d’espagnols.