L’Eurid contraint de débloquer les 74 000 .eu d’Ovidio

Le tribunal de première instance de Bruxelles vient de condamner l’Eurid à suspendre le blocage de 74.000 noms de domaine a priori litigieux.

Une audience au fond devrait bientôt avoir lieu. L’Eurid entend continuer son combat contre la société chypriote Ovidio Ltd. Dans un communiqué, le registre du .eu indique que « l’action en justice intentée par EURid étant toujours en cours, EURid ne peut actuellement émettre aucun autre commentaire sur cette affaire« .

Cet été, l’Eurid a bloqué 74 000 noms de domaines et a cité à comparaître 400 agents pour rupture de contrat.
Cette action fut entreprise après la constatation qu’un groupe d’agents a systématiquement acquis des noms de domaines avec l’intention manifeste de les revendre. Ce comportement, désigné sous le vocable « warehousing », est abusif et interdit.

Trois sociétés localisées à Chypre sous le nom d’Ovidio, Fausto et Gabino sont passées par quelque 400 bureaux d’enregistrement installés aux Etats-Unis qui ont souvent la même adresse et le même numéro de téléphone afin de faire enregistrer auprès d’Eurid le plus grand nombre d’adresses possible en .eu.

Reprise des récupérations à l’amiable ?

Les nombreuses victimes de cette société peuvent contacter Ovidio, qui accepte de transmettre certains .eu sur la base d’une requête présentant les droits antérieurs du demandeur. N’hésitez pas à contacter votre registrar du .eu pour récupérer votre nom de domaine.

On attend avec impatience la suite de cette affaire et des informations concrètes sur la future vie des noms de domaine impliqués correspondant souvent à des droits antérieurs. Selon les suites de ce conflit, de nouveaux litiges massifs pourraient voir le jour sous le .eu.