L’Eurid change les règles de remise à disposition des .eu

Nouveau retournement situation de la part de l’organisme en charge des .eu ! Après avoir affirmé haut et fort il y a trois semaines, qu’elle publierait une liste publique des noms expirés et refusés remis sur le marché, elle se rétracte à quinze jours du lancement… Devant ce nouveau revirement, l’exaspération domine.

Information disponible sur whois.eu

C’est finalement la base de données WHOIS (accessible sur whois.eu) qui permettra d’obtenir la date à laquelle un nom de domaine sera à nouveau disponible. L’Eurid indique que « dès le 24 mai, chaque entrée figurant dans la base de donnée WHOIS sera accompagnée d’une date prévue de remise à disposition du public. A noter cependant que cette date n’est qu’une prévision émise sous réserve d’une procédure ADR ».

Pourtant, le 28 avril dernier, l’Eurid avait déclaré que « la liste des noms de domaine qui seront rendus disponibles sera publiée sur le site web d’EURid 2 semaines à l’avance, c’est-à-dire le 24 mai ». Cette liste publique nous semblait être un encouragement au cybersquatting, ce à quoi l’Eurid répondait « qu’en rendant cette liste publique, EURid donne à toutes les personnes intéressées les mêmes chances d’obtenir les noms de domaine qu’elles désirent. Il a été suggéré qu’une telle liste fournirait une aide aux cybersquatters. Nous sommes d’avis que ces personnes seraient de toute façon au courant de la remise dans le domaine public des noms de domaine concernés en étudiant notre base de données WHOIS ».

Trois semaines plus tard… L’Eurid change son fusil d’épaule et indique « qu’en publiant dans sa base de données WHOIS la date de remise à disposition du public des noms de domaine concernés, EURid évite de publier une seule liste contenant tous les noms de domaine, laquelle aurait rendu service aux cybersquatters ».

C’est donc un changement de cap radical qu’opère l’Eurid, qui a du se faire remonter les bretelles par la Commission Européenne. Il aurait été plus sage pour l’Eurid de prendre cette décision dès le départ, et de s’éviter un nouveau camouflet à quinze jours de la remise à disposition.

Seuls les noms rejetés et expirés avant le 9 avril sont concernés

L’Eurid explique que « les premiers noms de domaine, pour lesquels toutes les demandes effectuées pendant la période Sunrise ont expiré où ont été rejetées au moins 45 jours avant le 24 mai seront remis dans le domaine public le 7 juin. Seul les noms faisant l’objet d’une procédure ADR ne seront pas rendus disponibles ».

Si des noms de domaine concernés vous intéresse, l’Eurid invite les demandeurs à contacter un bureau d’enregistrement accrédité (on ne sait pas encore si les quatre cents prestataires américains fantômes seront de la partie…), « lequel pourra tenter de vous l’enregistrer le 7 juin ». La registry dit bien « tenter », car changer des règles techniques à quinze jours d’un lancement a des impacts au niveau des « registrars », qui doivent s’adapter en un temps record. On regrette la règle de l’AFNIC (organisme en charge du .fr) qui s’engage elle à fournir à ses prestataires un cahier des charges technique valide, trois mois à l’avance.

Loterie hebdomadaire

Par ailleurs, l’Eurid annonce que « les autres noms de domaine pour lesquels les demandes effectuées pendant la période Sunrise ont été rejetées et qui ne seront pas rendus disponibles le 7 juin, le seront sur une base hebdomadaire chaque mardi à 11h00 (heure belge) à partir du 13 juin, jusqu’à ce que tous les noms de domaine demandés pendant la période Sunrise et attribués à aucun candidat soient à nouveau disponibles ».