Les noms de domaine tracent la route

En 2009, les plaques d’immatriculation vont progressivement faire disparaitre l’inscription des codes départementaux. Un drame naissant pour occuper les enfants dans les bouchons de l’autoroute du Sud. Heureusement, les noms de domaine fleurissent sur les bâches des professionnels de la route. « Dis papa, c’est quoi un .CZ ?, D’où il vient le camion avec .SI ? »… Il va falloir potasser sa connaissance géographique !

Déformation professionnelle quand tu nous tiens ! Que fait un membre d’une société d’enregistrement de noms de domaine quand il double des files de camions ? Il regarde les noms de domaine inscrits sur les poids-lourds. Honteux comportement, je l’avoue.

Mais quelle joie devant tant de diversité d’extensions ! Sur les routes de France, les .COM ou .FR sont des plus discrets. Sur une centaine de camions étudiés (désolé, le trajet est long entre Marseille et Bordeaux…), les deux extensions les plus utilisées du pays se font moins visibles. Le .COM reste en tête (43 %), mais avant de rencontrer un .FR, il y a des kilomètres à avaler.

Tour de Babel d’extensions pays

10 .DE allemands (mainsped.de, rosendahl-spedition.de…), huit .PL polonais (indeka.pl, europegaz.com.pl…), six .PT portugais (frijobel.pt, granidera.pt…) autant pour les .IT italiens (merlini.it, codognotto.it…) et les .SI slovènes (antoni.si, eurotek.si…). Seulement 4 % des noms de domaine figurant sur un camion étaient en .FR. Merci lahaye-sa.fr ! La France obtient le même pourcentage que les .ES espagnols (grupobonavia.es) ou les .AT autrichiens (muellertransporte.at). Au resto routier, je me suis même imaginé des discussions endiablées entre chauffeurs du monde. « T’as vu mon nom de domaine ? J’ai abandonné le .COM.PL pour le .PL. Et toi le français, tu circules avec quoi ? J’ai juste un email contact-transports@wanadoo.fr… La honte ! ».

Je dois me ressaisir. Sur les routes de France, j’ai aussi croisé un .BE belge en trois caractères (btk.be), un cscargo.cz tchèque, un papo.sk slovaque, deux .CO.UK anglais, un hongrois nommé huncargo.hu. Un grand tour d’Europe vu de ma Renault, ponctué par un magnifique .EU pks-gorzow.eu. J’aurai tout vu.