Les noms de domaine recrutent

De plus en plus de grandes entreprises ont développé une partie recrutement sur leurs sites web. Ce type de contenu est devenu tellement important sur Internet, qu’une extension, le .JOBS a été exclusivement créée pour ces sites en juin 2005. Trois ans après, nous avons mené l’enquête pour vérifier dans les faits quelle identification choisissaient les sociétés pour présenter leurs offres d’emplois. Noms de domaine dédiés ? si oui, en .JOBS ? Sous-domaines ? Simple répertoire ? Découvrez-le dans notre étude exclusive MailClub.info sur les cent plus grandes sociétés françaises.

Recrute, careers, job…

Premier constat, toutes les sociétés proposent une partie recrutement sur leur site web. 22 % utilisent un nom de domaine spécifique. Une légère tendance (27 %) se dégage avec l’intégration du terme recrute ou recrutement dans le nom de domaine. C’est le cas de edfrecrute.com, recrutement-sncf.com, groupe-pointp-recrute.fr, atosoriginrecrute.fr, michelinrecrute.fr ou groupama-gan-recrute.com.

Le .FR est peu visible (13 %) quand le .COM explose (83 %). Plusieurs noms de domaine sont clairement tournés vers l’international avec un nom de domaine en langue anglaise : carrefourmyjob.com, workatdexia-cl.com, sanofi-aventis-job.com. Le terme « careers » est aussi mis en avant dans ces .COM : lafargecareers.com, safran-careers.com, valeocareers.com. A noter la présence d’un .EU, celui de Nissan et son nissan-recruitment.eu.

Un .JOBS à conquérir

Et le .JOBS me demandez-vous ? comment dire… 69 % des noms de domaine naturels des sociétés ont leurs .JOBS : libres !
48 % des .JOBS enregistrés sont utilisés par les sociétés titulaires qui les redirigent sur leur site principal ou plus intelligemment sur leur partie emploi. Loreal.jobs, thomson.jobs, vinci.jobs ou eiffage.jobs ont choisi ce fonctionnement efficient. L’autre moitié des .JOBS enregistrés n’est pas active voir cybersquattée (sodexho.jobs) !

On ne peut pas dire que l’extension générique ait rencontré son public (tout au moins français). En tant que maniaque des noms de domaine, j’ai bien trouvé hors enquête un ineo.jobs (groupe Suez) et bien sûr mailclub.jobs ;-).
Pourtant l’extension est significative par rapport à l’activité ciblée et compréhensible dans de nombreuses langues. Le contenu existe également et si la part des noms de domaine consacrée au recrutement reste minoritaire, le phénomène prend de l’ampleur. S’agit-il d’un simple problème de communication ?

Avouons qu’il serait plus simple d’avoir à sa disposition les offres d’Alstom sur alstom.jobs que l’adresse url : http://www.alstom.com/home/careers_sections/index.FR.php?languageId=FR&dir=/home/careers_sections/

Ce type d’identification URL en répertoire reste majoritaire (67 %), devant les noms de domaine (22 %), et les sous domaines (11 %). Dans ces sous domaines, on retrouve les termes visibles également dans les noms de domaine spécifiques, soit rh (rh.nestle.fr), jobs (jobs.accor.com), careers (careers.total.com), recrute (recrute.leroymerlin.fr) ou plus original talent.auchan.fr.

Quand les sociétés françaises embaucheront des « Domain Name Manager », espérons que ces derniers prendront leurs .JOBS !

Pour en savoir plus :
Lire nos articles sur le .JOBS