Les noms de domaine qui font voyager

L’E-Tourisme est une des industries les plus dynamiques sur Internet. La bataille du référencement y fait rage. Quels noms de domaine sont les plus pertinents pour les professionnels du tourisme ? Que vaut réellement l’extension .TRAVEL ? Découvrez-le dans la nouvelle étude exclusive de MailClub.info.

L’enquête a été menée auprès des dix principales destinations touristiques mondiales : France, Espagne, Etats-Unis, Chine… Premier élément de notre essai, le nom de domaine de la destination dans la langue maternelle du pays ou en anglais testé en .COM, la première extension mondiale.

Pays.COM, un nom à valeur ajoutée touristique

La majorité des sites proposent du contenu à destination des touristes du monde entier comme France.com, Mexico.com, Spain.com…, voir du parking classique et ses liens sponsorisés (ex : unitedkingdom.com, turkey.com…).
Il n’empêche que le référencement de ce type de noms de domaine peut s’avérer payant. Pays le plus visité de l’Océanie, l’Australie communique sur Australia.COM. Le nom est fortement visible sur Google France ; la requête « australie tourisme » place le nom de domaine en tête.
Pour les recherches effectuées en français associant le nom du pays au terme descriptif « tourisme », c’est un festival de bon positionnement. Allemagne-tourisme.com, Francetourisme.fr, Mexiquetourisme.com, russie-tourisme.com trustent les premières places.

L’enregistrement de noms géographiques dans l’extension nationale est moins fréquent. En effet, les registres nationaux bloquent régulièrement le dépôt de nom de domaine de leur pays. Personne ne peut déposer Espana.es, France.fr ou Turkey.com.tr.

.TRAVEL, une alternative méconnue

Second élément de notre étude, le nom du pays déposé en .TRAVEL.
.TRAVEL ? Vous ne connaissez pas ? Il s’agit d’une extension dédiée aux professionnels du tourisme du monde entier. Elle a été lancée fin 2005 avant la libéralisation des TLDs voulue par l’Icann cette année.
Elle avait protégé plus de six millions de noms géographiques, avant de les libéraliser. Le .TRAVEL se veut également exigeant qualitativement. Tous les noms enregistrés doivent être réellement utilisés dans les 60 jours suivant leurs enregistrements, sous peine d’être supprimés !
Certains pays emploient leurs noms naturels au profit de leurs offices de tourisme nationaux : France.travel, Germany.travel, Mexico.travel, Spain.travel. Ces noms de domaine de nouvelle génération peuvent même être bien référencés.
La recherche « Egypte Tourisme » sur Google place Egypt.Travel en première position.
Le célèbre moteur de recherche référence 7 600 000 résultats en .TRAVEL. L’extension « voyage » a pourtant un faible indice de notoriété. Le Canada a beau communiquer sur Canada.Travel pour attirer des visiteurs, ce gTLD n’est pas encore rentré dans les mœurs. Une leçon à retenir pour les porteurs de nouvelles extensions.


Pour en savoir plus
:
Lire nos articles sur le .TRAVEL
Accédez à nos précédentes études