Les noms de domaine des grands club européens

Les stratégies noms de domaine de la Ligue 1 sont proches de l’amateurisme, mais qu’en est-il au niveau des grands clubs européens ?

La notoriété mondiale d’équipes tels les anglais de Manchester United entraîne forcément de nombreux dépôts de tiers (fans, et site parking) autour des noms manchesterunited et manchster-united. Ce phénomène est tellement important pour le club mancunien qu’il a opté pour ManUtd.com, comme nom de site principal. Il l’a ensuite décliné en .co.uk (extension anglaise), .se (Suède)… ManUtd.com est complètement traduit en chinois ; le club compte 34 millions de fans des coéquipiers de Rooney dans ce pays. 60 % des visiteurs sont étrangers, principalement en Asie et aux Etats-Unis.

Via son site, MU a su développer de nombreuses marques, telles mumobile, mutv, mulotteries, muschools, mutravel, muradio, mufinance… L’ensemble de ces services web génèrent 20 millions de chiffre d’affaires, soit 7 % du budget du club.
Les clubs anglais sont inventifs : Arsenal propose des paris en ligne (les fameux bookmakers anglais), Chelsea présente ses hôtels et restaurants

Le Barça utilise déjà son .cat !

En Espagne, le Barça communique à l’international. Pour cela, il a traduit son site en cinq versions : catalan, espagnol, anglais, japonais et chinois. A ce titre, il a enregistré fcbarcelona.cat (la nouvelle extension catalane). Originalité des services que propose le club de Ronaldinho : un webmail !
Son pire ennemi, le Real Madrid, a protégé ses .es, .tv, ou .eu, tout en valorisant sa carte club : carnetmadridista.com

Le Bayern de Munich et ses versions allemandes, anglaises, chinoises, et japonaises a également pris la peine d’enregistrer son nom dans les pays voisins : fcbayern.at (Autriche), fcbayern.ch (Suisses)…

En Italie, la Juventus de Turin, a déposé ses .com, .it, .cn et autres .tv, tout en déclinant ses différentes marques, via des sites web et des noms de domaine dédiés : juvestore.com, juvesoccerschool.com, juventuspartnerclub.com… Tout comme le AC Milan et son milanstore.biz.

Des milliers de noms parqués

Le football étant le sport le plus populaire au monde, il attire sur Internet des sites de fans qui utilisent les marques de leurs clubs, mais surtout de plus en plus de cybersquatteurs.

Ces derniers tout en proposant le nom de domaine à la vente, le parquent sur des sites spécialisés. Ces sites parkings renvoient alors vers des liens url spécialisés dans le foot, proposant de la vente de produits dérivés, des paris en ligne… Une source de revenus importante échappe alors en partie aux clubs de foot.

Certaines sociétés se sont spécialisées dans ce type d’approche. En France, on l’a vu avec la société Web Intelligence (titulaire des toulousefc.fr, parissg.fr, psgtv.fr, asselive.fr, asnl.fr), la société britannique Y-8 Ltd (rclens.eu, fcsochaux.eu, ajauxerre.eu, fcmetz.eu…) ou le chypriote Oviedo Limited (olweb.eu, asmonaco.eu)…

Développement à l’international et noms de domaine

Si le développement des extensions internationales va de paire avec des versions linguistiques correspondantes, la France a du souci à se faire (tous les sites n’ont pas de version anglaise).
En France, on relève juste la version japonaise du club du Mans, qui attire de nombreux visiteurs nippons grâce à leurs joueur vedette Matsui.
Décliner la marque du club dans les extensions correspondant au pays d’où proviennent les visiteurs du site, et d’où sont originaires les joueurs, voilà une stratégie marketing efficace.

Les grands clubs européens ont intégré cette dimension et multiple les services annexes (mobile, tv, stages, carte…) en associant les noms de domaine à leur politique. Un moyen de multiplier les portes d’entrée sur le site et de maximiser leurs revenus.

Pour en savoir plus :

– Football : Découvrez le classement alternatif des clubs de Ligue 1, lire la suite

– Football : Quelle stratégie noms de domaine pour un club sportif ?, lire la suite