Les noms de domaine des bleus

Dans quelques jours, le championnat d’Europe des nations de football va se dérouler en Suisse et en Autriche. Après que Raymond Domenech ait couché le nom de 23 footballeurs français, MailClub.info s’est forcément intéressé aux noms de domaine des joueurs. Des noms courtisés (plus de 60 % sont enregistrés), mais rarement au profit de nos bleus.

L’étude a été menée selon la règle suivante. Nous avons vérifié si le nom du joueur était enregistré sous la forme prénom nom tout attaché, prénom tiret (-) nom, nom de famille uniquement. Ces trois combinaisons ont été testées dans les extensions .COM, .FR et .pays pour les joueurs évoluant en dehors du championnat français (soit un peu plus de la moitié de la sélection). Concrètement pour le capitaine de l’Équipe de France, Patrick Vieria évoluant à l’Inter de Milan en Italie, cela donne : patrickvieira.com, patrickvieira.fr, patrickvieira.it (extension italienne), patrick-vieira.com, patrick-vieira.fr, patrick-vieira.it, vieira.com, vieira.fr et vieira.it.

Frey, l’italien de l’équipe de France

Premier résultat, 62 % des noms de domaine sont enregistrés. Cependant, seuls sept joueurs utilisent un nom de domaine pour un site officiel. Le jeune meneur de jeu marseillais samirnasri.fr, le guyanais florentmalouda.fr, le défenseur de Lyon jeanalainboumsong.fr ont tous opté pour le .FR.

Cas surprenant, celui du gardien de but de la Fiorentina (Italie) : Sebastien Frey. Le portier des bleus a choisi un .IT, l’extension italienne pour son site officiel : sebastienfrey.it. Un choix qui s’explique surement par la carrière du français, parti à 18 ans de son club formateur de Cannes pour l’Italie dont il n’est jamais revenu. Trois cents matchs plus tard en Serie A, le gardien est plus connu en Italie qu’en France.

Trois autres joueurs ont comme site officiel leur prénom, nom de famille mais en .NET (extension hors étude). Si le gardien de l’Olympique de Marseille (stevemandanda.net), le capitaine d’Arsenal (williamgallas.net) ou l’attaquant des Blues de Chelsea (nicolasanelka.net) ont opté pour le .NET, c’est peut-être parce que leurs .COM sont pris par des tiers, qui cherchent à les vendre (ex : nicolasanelka.com).

65 % de cybersquatting en .COM

Une tendance lourde car 21 % des noms sont clairement mis en vente ou exploités via des pages parking par leurs propriétaires. Un phénomène criant sur les noms de domaine les plus naturels des footeux à savoir prenomnom.COM où ce chiffre grimpe à 65 %. Quinze des vingt-trois sélectionnés sont concernés, du plus capé lilianthuram.com à la surprise du chef bafetimbigomis.com.

Tous les noms de domaine enregistrés ne sont pas des cas flagrants de cybersquatting. willysagnol.com ou gregorycoupet.com renvoient vers des portails sportifs. Beaucoup de noms ne sont pas activés, d’autres ont été déposés par des fans. franckribery.de a conquit l’Allemagne qui l’a couronné nouveau roi du Bayern de Munich. On blogue sur l’attaquant lyonnais karim-benzema.com. Thierry Henry a déjà un site qui lui est consacré en Espagne : thierryhenry.es.

Les noms de domaine, indice de notoriété ?

Franck Ribéry, Thierry Henry, Nicolas Anelka ont plus de 90 % de leurs noms de domaine déposés. Sébastien Squillaci ou Eric Abidal sont à seulement 20 %.

Franck Ribéry, Thierry Henry, Nicolas Anelka ont plus de 90 % de leurs noms de domaine déposés. Sébastien Squillaci ou Eric Abidal sont à seulement 20 %. Un baromètre de popularité ?
On regrette que Djibril Cissé, membre des sept exclus de dernière minute, ne soit pas présent. Peut-être que le sélectionneur n’a pas apprécié que djibril-cisse.com renvoi vers un annuaire pornographique.
Espérons que Raymond Domenech n’ait pas choisi d’exclure également le jeune lyonnais Hatem Ben Harfa en regardant le site hatem-ben-arfa.fr. Ce nom de domaine renvoi vers un site consacré à un autre joueur, l’international algérien Karim Ziani. Les noms de domaine, critère de sélection ?