Les .be au cœur de l’actualité

Abandon des noms de domaine gratuits, prise en charge d’une partie des coûts du règlement alternatif de litiges par le registre, détournement de .be abandonnés vers des sites pornos, suspension des enregistrements durant 4 jours. L’extension belge n’arrête pas de faire parler d’elle. Explications.

Suite à sa campagne de gratuité menée de novembre 2005 à janvier 2006, le nic belge a vu son nombre de .be doublé. Sur le million de noms enregistrés, la moitié l’a été durant cette opération. Les acquéreurs de ces .be rechignent sensiblement à les réabonner de façon payante cette fois auprès de leurs prestataires.

4 000 .be abandonnés par jour

Quatre milles noms sont en moyenne mis en quarantaine par jour ; ce statut indique que ces noms n’ont pas été réabonnés par leurs titulaires. A ce rythme là, c’est 360 000 .be qui vont disparaître dans les mois à venir.

Une résurrection lascive

Mais certains vont connaître une nouvelle vie… plutôt chaude. Le député Roel Deseyn a repris une information du site belge de The Inquirer, qui dévoilait que « trois entreprises ont acheté ces derniers mois de vieux noms de domaine belges désormais inusités, et les ont hébergés aux Pays-Bas. Il s’agit entre autres de noms de petites entreprises et de magasins, d’artistes, de congrès et d’associations et de sites web qui n’ont absolument rien à voir avec un contenu pornographique ».

Ces noms offrent désormais un accès à « une copie de l’ancienne page de garde avec, en dessous, une rangée de liens vers des sites pornos ou d’autres sites détenus par les mêmes patrons du porno ». Suite à ce détournement massif, Roel Deseyn demande au DNS Belgique de réagir, surtout que ce phénomène risque d’être amplifié du fait de la remise à disposition de centaines de milliers de .be gratuits.

L’opération de gratuité a également multiplié les dépôts de noms litigieux correspondant à des marques européennes, et plus particulièrement françaises.

Le DNS Be vient d’annoncer qu’il allait désormais prend en charge une partie des coûts du règlement alternatif de litiges. Le nic rappelle que « en cas de contestation juridique relative aux noms de domaine .BE, il ne faut pas obligatoirement se tourner vers les tribunaux habituels. Dans le cadre de la libéralisation entreprise fin 2000, DNS BE et le Cepani (le Centre belge pour l’arbitrage et la médiation) ont prévu une procédure alternative de règlement des litiges. Cette procédure de règlement alternatif des litiges offre aux plaignants la possibilité de réclamer un nom de domaine auquel ils ont droit à la personne qui a enregistré ce nom de domaine illégitimement ».

Le nic belge rembourse la moitié des frais juridiques

Comme pour une UDRP, c’est actuellement la partie qui initie la procédure qui en supporte les coûts, quelle qu’en soit l’issue et sans droit de recours contre la partie défenderesse. Le Conseil d’Administration de DNS BE vient de décider de « rembourser la moitié des charges encourues par le plaignant pour autant qu’il parvienne à faire valoir ses droits. Le coût moyen d’une procédure judiciaire s’élève à 1600 EUR, un montant qui sera désormais ramené à 800 EUR grâce à l’intervention de DNS BE ».

En prenant une telle décision, DNS BE souhaite rendre cette procédure encore plus accessible à un large public.

DNS BE explique qu’il « tentera pour sa part de récupérer une partie des montants remboursés auprès de l’ancien détenteur de nom de domaine qui a perdu la procédure. Si le plaignant perd la procédure et ne peut récupérer le nom de domaine, DNS BE n’interviendra pas dans les frais encourus. DNS BE procède actuellement à une modification de ses conditions générales afin d’assurer la mise en pratique de cette intervention financière. Les nouvelles dispositions devraient entrer en vigueur au début de l’année prochaine ».

Pas d’enregistrement de .be du 30/11 au 04/12

Enfin, le nic belge annonce qu’à « l’occasion de la conversion vers le nouveau système de DNS BE, il ne sera pas possible d’utiliser le système d’enregistrement des noms de domaine à partir de jeudi 30 novembre à minuit. Les interfaces EPP et web ne seront pas disponibles et l’interface e-mail non plus, cette dernière étant définitivement éliminée à partir de cette date. Le nouveau système, avec l’interface EPP et web uniquement donc, sera disponible dès lundi matin 4 décembre 2006 ».

L’actualité des noms de domaine belges est donc plus que riche en cette fin d’année.