Registrar en .eu

Le whois du .eu de nouveau actif

Une semaine après la première date d’échéance fatidique pour 100 000 .eu, le whois de l’Eurid est enfin à jour. Conséquence, les premiers noms de domaine dont les demandes ont été expirées s’effacent au profit des seconds qui ont renvoyé les documents. Une redistribution des cartes qui ne fait pas que des heureux. Par ailleurs, les premiers noms de domaine en .eu sont validés par les différents agents de validation.

Vous pouvez donc désormais suivre en direct l’évolution de vos demandes d’enregistrement en .eu sur : www.whois.eu

Redistribution des cartes

Le champ statut de la base signale désormais l’ensemble des demandes expirées. Ce statut est indiqué lorsque le demandeur ou son bureau d’enregistrement n’a pas retourné ses documents justificatifs dans les délais impartis, soit 40 jours. Les demandes positionnées en deuxième place vont désormais être étudiées par l’agent de validation.

De plus, les agents de validation ont déjà refusé certains noms de domaine. L’Eurid a remarqué que beaucoup de refus étaient issus de la même erreur. Beaucoup de demandeurs n’ont pas « réalisé que seul le titulaire d’une marque enregistrée pouvait demander l’enregistrement de son .eu ».

Les 40 000 demandes multiples voient donc un nouvel espoir naître à travers ses demandes expirées ou refusées.

Si il n’y a pas d’autres demandes suivant l’initiale, les requérants qui disposent de réels droits antérieurs, peuvent toujours repasser commande auprès d’un « registrar » qui en prend en charge la gestion des documents.

Les premières demandes acceptées

Le statut accepté commence aussi à fleurir dans les statuts de la base whois pour des noms basés sur des marques enregistrées, comme agf.eu, kookai.eu, gaz-de-france-energy.eu, ou sfrproetentreprises.eu. Ces demandes ont été traitées par l’agent de validation PricewaterhouseCoopers Belgique (PWC).

Les demandes publiques ne sont pas en reste. Vincent Thery, membre du Service des Technologies et de la Société de l’Information au sein du Ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie, est le point de validation gouvernemental de la France (lire notre article : .eu, une affaire d’Etat). Il a déjà validé de nombreuses demandes comme inrialpes.eu, chalonsursaone.eu ou rousset.eu.

Les noms de domaine acceptés sont désormais entrés dans une période de quarantaine. Ces 40 jours permettent à un tiers de contester l’attribution d’un nom de domaine (lire notre article précédent : ADR : .eu : De futurs litiges en perspective).

Au-delà de cette période, les premiers .eu seront donc visibles courant février.

162 000 demandes en sunrise 1

A 15 jours du lancement de la seconde « sunrise period », 162 000 demandes ont été effectuées à l’Eurid pour 120 000 noms de domaine distincts. 109 000 documents ont été retournés auprès des agents de validation.

La « sunrise 1 » dure jusqu’au 7 février 2006. Elle est strictement réservée aux marques nationales et communautaires enregistrées, aux appellations d’origine et aux noms et acronymes des organismes publics. Les noms de domaine enregistrables sont soumis à un droit au nom très strict.

La seconde « sunrise period » débutera le 7 février 2006.
Pour tout savoir sur la « sunrise 2 », cliquez ici.

Les demandes éligibles concerneront les détenteurs des droits de la première période auxquels viennent s’ajouter les marques usuelles mais non enregistrées, les noms commerciaux, les identificateurs d’entreprises, les noms de sociétés, les titres distinctifs d’œuvres littéraires ou artistiques….

Enfin, le 7 avril 2006, le .eu s’ouvre à tous, sans droit au nom.

Pour en savoir plus :

MailClub.info réédite son dossier spécial .eu. Pour l’obtenir, cliquez ici.
– Le site site spécial .eu du MailClub (découvrez le, en cliquant ici).