Le .post en bonne voie

Début octobre, l’UPU (Union postale universelle) s’est réunie à Bucarest, en Roumanie, pour son 23ième congrès. Au programme : définition du cachet postal électronique et futur extension générique .post.

Devant la baisse constante du courrier postal, l’email et l’Internet représentent un enjeu déterminant pour l’avenir des postes. Le forum de coopération entre les postes de 190 Pays-membres indique dans son rapport que « plus de 40 % des pays membres offrent actuellement des services postaux en ligne » et 21 % du courrier électronique.

L’UPU milite pour le .post qui « permettrait à tous les acteurs du secteur postal – opérateurs postaux nationaux, opérateurs postaux privés, bureaux de poste locaux, associations philatéliques, entreprises de publipostage,
et autres – de s’identifier sur Internet, ainsi que leurs services, à l’aide du suffixe «.post».

Apparemment, ce futur gTLD serait en bonne voie d’attribution auprès de l’Icann, puisqu’il aurait « passé la première étape du processus », car il « respecte toutes les exigences opérationnelles et techniques requises ». L’ICANN aurait « commencé, conjointement avec l’UPU, à examiner les aspects techniques afin de mettre en place le nom de domaine «.post» en 2005 ».

Cependant malgré la diligence qu’a mis l’UPU dans son dossier, pas de passe droit pour le .post. Comme l’ensemble des présélectionnés (asia, .cat, .jobs, .mail, .mobi, .post, .tel, .travel, .xxx), il devra attendre fin décembre pour avoir le feu vert de l’Icann.