Le futur .AFRICA divise

Les noms de domaine en .AFRICA n’existent pas encore que des désaccords apparaissent déjà entre les promoteurs du projet. Explications.

La réunion de l’AfriNIC (consortium de registres d’extensions africaines) s’est récemment vue déplacée à l’Ile Maurice plutôt qu’en Éthiopie.
Un changement de dernière minute, révélateur de querelles latentes autour du projet de création d’une extension de premier niveau .AFRICA.

Éthiopie, Ile Maurice, Afrique du Sud

La réunion aurait été annulée par le Ministère éthiopien des transports et des communications.
Le Ministère a apparemment été convaincu par les avertissements de l’industrie des télécommunications éthiopienne selon lesquels l’AfriNIC a l’espoir de contrecarrer les plans d’accueillir le .AFRICA à Addis-Abeba, capitale éthiopienne.

L’AfriNIC préfèrerait que la gestion du .AFRICA soit confier à l’Afrique du Sud ou à l’Ile Maurice.
Ce que dément totalement Adiel Akplogan de l’AfriNIC : « Permettez-moi d’être tout à fait clair. Le .AFRICA ne fait pas partie des attributions d’AfriNIC. Notre organisme se félicite de cette initiative et appuiera toute proposition visant à ouvrir cette extension avec une transparence totale« .

Impossible de dire combien de projets sont portés autour d’un .AFRICA. A la réunion Icann Paris, Sophia Bekelele, une femme d’affaires éthiopienne, a parlé des efforts déployés pour rapprocher les diverses initiatives.

Le modèle .ASIA intéresse. Un accord entre les différents pays asiatiques avait été trouvé pour le projet hongkongais soit accepté. Un exemple d’unité.

Pour en savoir plus :
Lire nos articles sur les nouvelles extensions