« Le .FLANDRE s’inscrit dans le développement des extensions régionales »

Le gouvernement flamand va proposer la création d’une extension pour des noms de domaine en .FLANDRE, soit .VLN ou .VLA (Vlaanderen). Une annonce politique dans un contexte belge délicat. MailClub.info a interviewé Benjamin Gevers, Administrateur de GEVERS & PARTNERS, filiale du plus important cabinet belge en matière de Propriété Intellectuelle (marques, brevets, noms de domaine, dessins & modèles). Un avis éclairé pour décrypter l’avenir des noms de domaine belges.

– MailClub.info : Comment est vécue l’annonce en Belgique du souhait d’une extension dédiée à la Flandre ?


– Benjamin Gevers : Cela correspond à l’état des réflexions politiques belge du moment relatives à l’extension des compétences régionales. Et en Flandre, les voix pour une autonomie renforcée se font certes davantage entendre.

Une annonce politique

– MailClub.info : Dans quel contexte politique cette nouvelle a été promulguée ?

– Benjamin Gevers : Une discussion institutionnelle regroupant des représentants des entités fédérales et fédérées a débutée au mois d’octobre. L’objet du débat est une nouvelle répartition des diverses compétences en Belgique. Nous sommes donc en pleine négociation institutionnelle. De part et d’autre, à tort ou à raison, certaines provocations sont faites pour démontrer sa détermination et obtenir le maximum de satisfaction quant aux exigences posées. La création d’un .FLANDRE peut être vue dans ce contexte. Les annonces et décisions récentes de l’ICANN relatives à la libéralisation des noms de domaine ont aussi permis de rendre ce projet plus concret maintenant.

– MailClub.info : Depuis quand le projet de création est en cours ?

– Benjamin Gevers : Je dirais au moins deux ans. Quand le .CAT catalan a été créé et des projets comme le .BZH breton proposé, le projet a été avancé. L’annonce du lancement d’un .FLANDRE a été relayée dans la presse belge mais le contexte global est plutôt adouci, grâce ou à cause de la crise financière.
Il n’empêche que c’est le contexte politique qui augmente l’audience de ce projet. En France, on ne fait pas toute une histoire autour de la création d’un .PARIS entre les « parisiens » et les « provinciaux »
.

Et pourquoi pas un .WALLONIE ou un .BRUXELLES ?

– MailClub.info : En cas de lancement d’un .FLANDRE, quelle sera la réaction de la Wallonie ?

– Benjamin Gevers : Personnellement, je n’ai pas connaissance que le Gouvernement wallon préparerait le projet d’une extension propre. Si un .WAL pour la Wallonie voyait le jour, ce serait probablement par souci d’être présent dans le développement des extensions régionales. Et, dans ce cadre, tout porte à croire que la Région bruxelloise déposera pareillement un projet pour un .BRUXELLES.

– MailClub.info : Si un .FLANDRE voyait le jour, quelle serait son utilité ?

– Benjamin Gevers : Comme en témoignent les développements récents de l’Union européenne, et plus particulièrement les efforts consentis pour soutenir ses Régions qui sont l’une de ses richesses essentielles, les extensions régionales ont un intérêt. On est toujours fier d’appartenir à une « communauté » et cette fierté est d’autant plus renforcée que cette communauté est de proximité.
Les extensions régionales ont un sens pour les sociétés implantées sur un marché géographique limité et pour les organisations culturelles locales. Pour illustrer mes propos avec un exemple d’actualité, un « Joe le plombier » belge a plus vocation à communiquer sur un .FLANDRE, un .WALLONIE ou un .BRUXELLES que sur un .EU.
A l’inverse, pour une société internationale ou européenne, elle gardera avec un .COM et/ou un .EU une meilleure unité marketing, tout en se protégeant dans les nouvelles extensions qui pourront d’ailleurs valoriser des versions ou sensibilités linguistiques particulières. GEVERS a quatre bureaux en Région flamande, outre ses bureaux wallon et bruxellois. Nous déposerons certainement notre nom en .FLANDRE.

L’avenir du .BE

– MailClub.info : Dans ce contexte, quel avenir pour l’actuel .BE belge ?

– Benjamin Gevers : Je ne pense pas qu’il y ait de risque pour les noms de domaine en .BE. La Belgique est un marché de plus de dix millions de consommateurs, et elle compte près d’un million de domaines en .BE qui sont déposés majoritairement par des titulaires basés en Flandre. Même s’ils nourrissent un sentiment régional fort, c’est eux qui déposent le plus de .BE.

– MailClub.info : Justement. Est-ce qu’il n’existe pas un risque que ces derniers basculent en .FLANDRE ?

– Benjamin Gevers : Pour les acteurs purement régionaux, il y a le risque de quelques abandons. Cependant, ils devraient conserver leur .BE, au moins à titre défensif. On peut penser que le quatuor de base : .FLANDRE, .BE, .EU, .COM serait une bonne politique marketing.
Je n’ai pas de crainte pour l’avenir du .BE. Le lancement d’extensions régionales traduira au pire un ralentissement de sa croissance
.

Pour en savoir plus :
Lire nos articles sur la Belgique
Lire nos articles sur les nouvelles extensions

A propos de Gevers :
GEVERS s’appuie sur huit sociétés, plus de 40 Conseils en Brevets, Marques, Droits d’Auteur, Dessins & Modèles et quelques 120 collaborateurs.
Contribuer à la création du patrimoine intellectuel, le protéger, le maintenir, le valoriser et bien sûr le développer : telle est leur mission fondée sur plus de 110 ans d’expérience.
Leurs compétences et leur efficacité soutiennent en permanence un service global de qualité. Grâce à ces valeurs, nous sommes, depuis de nombreuses années, le premier bureau mondial de dépôts de marques communautaires et le leader du marché IP en Belgique.
Accédez au site de GEVERS