data center

Le « fils caché » d’Albert de Monaco déjà cybersquatté

Les cybersquatteurs sont des lecteurs assidus de la presse « people ». Depuis le 6 mai, un particulier français a déposé les noms de domaine alexandre-de-monaco.com et prince-alexandre-de-monaco.com.

Un achat opportuniste, puisqu’il a eu lieu une journée seulement après la publication dans l’hebdomadaire « Paris Match » du scoop. Le prince Albert de Monaco aurait eu un « enfant secret » lors d’une liaison avec une hôtesse de l’air d’origine togolaise. Le bébé se prénomme Alexandre.

Aussitôt déposés, le propriétaire a mis en vente les deux noms de domaine aux enchères sur Ebay, avec la mention suivante : Nom de domaine exclusif du fils du prince Albert de Monaco, futur prince potentiel. Mise à prix à 1 000 €.

Il n’est pas sur que le palais princier s’acquitte de cette somme. Cependant, la célèbre famille monégasque a une stratégie de protection efficace. Elle a ainsi déposé l’ensemble des termes suivants dans toutes les extensions génériques (.com, .net, .org, .info, .biz) : albert-de-monaco, stephanie-de-monaco, caroline-de-monaco, prince-rainier-de-monaco, albertdemonaco, stephaniedemonaco, carolinedemonaco, princerainierdemonaco.

Le précédent papal

Décidément, l’actualité des « personnalités » est une source d’information privilégiée pour les spéculateurs en tout genre. L’affaire Alexandre de Monaco fait suite aux différents dépôts de noms de domaine déposés autour du nouveau Pape. Avant le conclave du Vatican, un internaute avait déposé les noms de domaine correspondant aux noms anglais des éventuels futurs papes, dont le vainqueur benedictXVI.com.