Le .asia est lancé

Depuis mardi 9 octobre 2007, 13 heures, certains ayants droit peuvent soumettre une demande d’enregistrement prioritaire de nom de domaine en .asia. Cette nouvelle extension générique couvre plus de 73 pays situés en Océanie, en Asie, au Moyen-Orient ou même à Chypre.

Ouvert à tous

La seule condition d’enregistrement du .asia est d’avoir un contact local quel qu’il soit (particulier, société…) dans un de ces 73 pays. Soit vous ou une de vos filiales est présente en Asie, soit vous pouvez utiliser le contact local que proposent beaucoup de bureaux d’enregistrement accrédités. Autant dire que le .asia est quasiment ouvert à tous. Un particulier français peut être titulaire d’un .asia en utilisant la présence locale de son prestataire…

Avant que le .asia soit ouvert à tous au début de l’année 2008, deux grandes périodes d’enregistrement prioritaire (sunrise period) ont lieu. Depuis mardi et jusqu’au 30 octobre 2007, les détenteurs de marques enregistrées et utilisées au moins depuis 2004 peuvent enregistrer l’équivalent de leur marque en nom de domaine en .asia.

Entre le 13 novembre 2007 et le 15 janvier 2008, ce sont les détenteurs de marques enregistrées avant décembre 2006 qui pourront avoir leurs .asia en priorité.

Pas de justificatif… sauf pour les marques françaises

Lors d’une demande sunrise, le requérant doit fournir des informations relatives à sa marque (date d’enregistrement, classe…). Aucun justificatif n’est demandé par l’agent de validation tant qu’il peut vérifier sur des bases de données de marques gratuites en ligne ces informations. Or, dans l’Union européenne, seule la France et Malte ne proposent pas ce système…

Afin d’éviter d’avoir à retourner le certificat d’enregistrement de la marque, il est préconisé de soumettre sa marque communautaire plutôt que française. Cela fera moins de paperasse à gérer ! L’attribution devrait être plus rapide. Les marques françaises restent bien sûr acceptables mais le certificat devra être retourné si le requérant s’appuie sur cette marque pour demander son .asia.

L’agent de validation, qui a également travaillé sur la période sunrise des noms de domaine en .eu, a retenu les erreurs du passé et se veut beaucoup plus souple pour cette nouvelle période d’enregistrement prioritaire. Une bonne nouvelle pour les ayants droit, qui auront également le temps de retourner des informations complémentaires en cas de doute.

La période sunrise du .asia est faite pour protéger les marques. Le registrar espère transformer ces noms de domaine déposés à titre préventif en noms de domaine utilisés ! D’ailleurs, pour départager des demandes sunrises valides de différents requérants, des enchères auront lieu. Une alternative au légendaire « premier arrivé, seul servi ».

A quoi sert le .asia ?

Echaudé par le .eu (8 e extension mondiale), peu utilisé, les sociétés vont-elles protéger leurs marques en .asia ? Pour les sociétés implantées localement ou distribuant sur place, l’intérêt semble légitime. Le .asia est également une alternative au dépôt du nom de domaine dans les 73 extensions nationales des pays concernés. Cependant, il reste conseillé à une société française intéressée par le marché chinois de réserver son .cn pour espérer une quelconque visibilité.

Devant la hausse du cybersquatting en Asie, les dépôts préventifs en .asia sont conseillés pour les marques phares d’une entreprise. Mais restons clair, cela ne sert à rien de déposer la marque d’un slogan à rallonge en langue française en .asia…

Pour en savoir plus :
Lire nos articles sur le .ASIA