L’Afnic supprime les noms de domaine de Guillaume.net

Dans un communiqué laconique, l’Afnic (Association Française pour le Nommage Internet en Coopération) vient d’annoncer que 8 311 noms de domaine en .fr sur les 8 319 détenus par Guillaume.net / ZioConcept.net seront supprimés et seront à nouveau enregistrables le 5 décembre 2006 à partir de 13 heures. Dans les trois affaires de blocage engagées par l’Afnic, c’est la première fois que la suppression des noms de domaine est décidée.

L’Afnic met à disposition des personnes qui souhaitent vérifier quels noms de domaine de Guillaume.net / ZioConcept.net seront réattribuables le lien URL suivant : http://www.afnic.fr/outils/verif-domaines-reattribuables.

Des informations détaillées sur la procédure seront communiquées aux bureaux d’enregistrement dans les prochains jours.

Pourquoi la suppression ?

L’Afnic ne communique pas sur le choix de la suppression des noms de domaine. Les précédents blocages (Laurent N. et Klte Limited) initiés respectivement en octobre 2004 et juillet 2005 sont eux toujours d’actualité.

Aux termes de la politique générale de l’Afnic contre les violations manifestes de la charte et adoptée par le conseil d’administration, les blocages sont normalement levés :
– soit par une décision judiciaire,
– soit en l’absence de réclamation, mise en demeure ou plainte pendant 30 jours consécutifs.

A notre connaissance, ces deux conditions n’ont pas été remplies. Le Journal du Net murmure que c’est le prestataire 1&1, qui aurait formulé la demande de suppression.

Contacté par MailClub.info, Guillaume.net et le GIE nom.commun.fr nous ont déclaré « assister avec une certaine curiosité a la poursuite des grandes manoeuvres et communications de l’Afnic et de 1&1, cette dernière serait, d’après l’Afnic, seule responsable des résiliations a venir. Bien évidemment, nous ne sommes pas dupes, puisque l’Afnic va les valider manuellement. Nous sommes très flattes d’être en première page du site du régulateur du .FR depuis maintenant cinq mois ».

Sur la suite donnée à cette affaire, ils déclarent que « nos avocats et le staff du GIE n’ont pas encore décide s’il était plus intéressant d’agir en référé pour bloquer l’Afnic et 1&1 en attendant une décision de justice au fond, ou si, au contraire, laisser les noms nous êtres voles ne serait pas tout simplement plus judicieux, tant d’un point de vue juridique, que dans notre volonté de prouver la voie de fait dont nous sommes victimes. Sans parler du grand public qui pourra comprendre que l’Afnic avantage les « 40 voleurs de noms de famille du net français » (communique du GIE à suivre) ».

Pas de restitution gérable pour les multiples ayants droit potentiels

Ce troisième blocage n’a donc pas fini de faire parler de lui. En tous cas, la restitution des noms bloqués était ingérable contrairement aux deux précédents cas Laurent N. et Klte Limited.

Il est plus facile de trouver les ayants droit de campanil.fr, cdsicount.fr, granderecree.fr ou hipopotamus.fr que marti.fr ou foubert.fr dont 5 300 et 3 700 personnes portent le nom aujourd’hui en France !

On en revient à la justification elle-même du blocage. Le caractère massif des dépôts en très peu de temps a peut-être inquiété l’Afnic. Pourtant, il existe plusieurs titulaires ayant des milliers de .fr, dont de nombreux prestataires ayant effectués du prête-nom avec parfois des cas de cybersquatting flagrant.

Pour en savoir plus :
Lire notre article : Guillaume.net contre-attaque sur le blocage de ses .fr

Lire notre article : L’Afnic bloque les noms patronymiques de Guillaume.net