L’Afnic en guerre contre le « slamming »

Fausse facture de renouvellement, pression pscychologique pour enregister un nom de domaine, faux registre… Autant de pratiques frauduleuses qu’on regroupe sous le terme « slamming » et que dénonce régulièrement MailClub.info. Pour s’en prémunir, l’Afnic (Association Française pour le Nommage Internet en Coopération) publie un dossier spécial à ce sujet.

Le slamming, terme qui regroupe une variété de pratiques illicites, fondées sur la tromperie, et visant à obtenir d’un titulaire de nom(s) de domaine ou de marque(s) qu’il souscrive à des services non sollicités en relation avec sa présence sur internet, est en constante augmentation sur Internet.

Des cas probables en .fr

Depuis le début de l’année 2006, l’AFNIC a répertorié une augmentation significative du nombre de cas de « slamming », principalement sur d’autres extensions internet que le .fr. Cependant, l’Afnic constate « qu’il est probable que certains .fr ont déjà fait l’objet de telles pratiques« .

Fausse facture de renouvellement

Popularisée par Domain Registry Of America, cette variété
de slamming consiste à envoyer au titulaire d’un nom de domaine un avis d’expiration, sous la forme d’unefacture de renouvellement.
Conséquence : un client peu familiarisé avec les procédures de gestion des noms de domaine pourra de bonne foi honorer cette facture, sans se rendre compte qu’il signe en fait une demande de transfert de son nom vers un nouveau prestataire inconnu.

Pression psychologique

Un prestataire prend contact avec une entreprise en lui indiquant qu’un de ses clients lui a demandé de déposer plusieurs noms de domaine identiques ou proches du nom de l’entreprise ou de ses marques.
Bon prince, le prestataire propose alors à la société de les déposer pour elle afin de la protéger des intentions visiblement illicites de son client. La démarche est généralement présentée comme découlant d’un souci éthique de protéger la cible contre les abus de tiers. Ca ne vous rappelle rien ?

Le chantage à l’enregistrement existe en France (lire notre article à ce sujet) !

L’Afnic juge que « cette démarche peut pourtant être considérée comme illicite par le caractère systématique du démarchage téléphonique réalisé par ces types de slammers, les tarifs exceptionnellement élevés pratiqués, ainsi que la création d’une pression psychologique forte renforcée par la nécessité de prendre une décision en quelques minutes« .

Faux « registrar »

Autre pratique déjà présentée par MailClub.info (lire notre article à ce sujet), l’inscription dans un annuaire.

Le courrier reçu laisse planer un doute sur le caractère obligatoire de ce « référencement » mais les victimes ayant signé la proposition reçoivent un véritable annuaire accompagné d’une facture de plusieurs centaines d’euros à un montant très excessif si l’on considère la diffusion « confidentielle » de l’annuaire.

L’utilisation de référentiels visuels et textuels associés à des acteurs légitimes du marché des annuaires et/ou de l’internet en France, induit en erreur les personnes faisant preuve de crédulité à l’égard de documents « semi-officiels ».

Sollicitation d’un tiers inconnu, confusion, pression psychologique, tarifs prohibitifs… Autant de caractéristiques communes aux slamming.

Recommandations de l’Afnic

Pour lutter contre ce fléau, l’Afnic prodigue quelques conseils :
– Ne passez que par le bureau d’enregistrement auquel vous avez confié la gestion de ce nom de domaine.
– Désignez une personne noms de domaine au sein de votre entreprise
– Ne prenez aucune décision dans l’urgence
– Faites une veille régulière sur l’actualité des noms de domaine.

Pour en savoir plus :

– Lire notre article : Chantage à l’enregistrement : le cas français

Lire notre article : Un très cher annuaire de noms de domaine…

Lire le communiqué de l’Afnic