L’accès à la liste des derniers .fr remis en cause

L’Afnic vient de divulguer les résultats de sa consultation publique sur la publication et l’accès aux données de la base Whois des noms de domaine en .fr. Des conclusions qui pourraient amener l’Afnic à fermer la liste des noms de domaine enregistrés au cours des 30 derniers jours. Cette liste est pourtant une source d’information primordiale pour détecter les enregistrements abusifs.

Participation de 0,7 % des registrars

Dans son communiqué, l’Afnic affirme avoir reçu 17 contributions ont été reçues dont 7 émanant de bureaux d’enregistrement membres de l’AFNIC et représentant environ 28% du total des noms de domaine sous .fr. Sur les 992 bureaux d’enregistrement de .fr, seuls 0,7 % ont donc participé. Un score très faible. Avec si peu de retours, ces conclusions sont donc en prendre avec des pincettes.

D’après l’Afnic, « ces contributions confirment un net soutien en faveur des services suivants :

un service tous publics (« offre 1 ») répondant aux besoins de base (vérification de la disponibilité d’un nom de domaine, identification des contacts et du titulaire…). Ce service serait gratuit, sans encadrement juridique particulier ni authentification mais il intégrerait des limitations techniques et proposerait des informations sous un format de diffusion restreint ;

un service dédié aux bureaux d’enregistrement (« offre 2 ») répondant à leurs besoins opérationnels et de gestion de clientèle. Ce service serait encadré par la convention d’adhésion et ne nécessiterait aucun autre engagement. Il ne serait soumis à aucune des limitations citées ci-dessus mais porterait exclusivement sur les données liées au portefeuille du bureau d’enregistrement concerné ou sur les données nécessaires aux procédures administratives sur .fr ».

Les avis sont plus partagés en ce qui concerne l’ouverture de services avancés (mise en place de services de veille, surveillance, activités de prospection, …).

Il est curieux de constater que « 82% des répondants pensent que le bureau d’enregistrement doit bénéficier d’un accès total aux données sur les seuls noms de domaine dont il est le gestionnaire, sous réserve d’insérer dans la convention l’obligation de ne pas revendre les informations en sa possession ». Est-ce que cela signifie que 18 % pensent qu’un « registrar » ne devrait pas accéder à son propre portefeuille !?

60% des répondants sont défavorables à la mise en place d’un service permettant d’accéder aux listes de noms de domaine en .fr. 17% des répondants s’expriment clairement pour la fermeture de la liste des noms de domaine enregistrés au cours des 30 derniers jours (dont 2 des bureaux d’enregistrement) et 6% s’expriment pour sa conservation sous réserve d’encadrement contractuel.

Outil de lutte contre le cybersquatting

La publication de cette liste est problématique pour certaines sociétés qui ne peuvent pas garder certains projets anonymes. Pour contourner ce risque, ils utilisent alors des services de prête-noms proposés par quelques prestataires. Si on fait le parallèle avec les marques françaises, l’INPI publie également la liste des dernières marques enregistrées.

La publication de la liste des noms de domaine enregistrés au cours des 30 derniers jours est une mine d’or dans la lutte contre le cybersquatting. C’est à partir de cette liste que MailClub.info a pu alerter les enregistrements abusifs de Laurent N., EuroDNS ou de Klte Limited ayant entraîné des blocages de la part de l’Afnic elle-même.
Cette liste sert également de base pour de nombreux prestataires à valeur ajoutée pour commercialiser des services de veille à l’approchant en .fr, comme il en existe également en .com, .net, .org ou .us !

L’avenir de cette liste est dans les mains de l’Afnic dont le conseil d’administration de l’AFNIC décidera des suites à y donner.

Mots-clés :