La Pologne se lance dans le domain tasting

Le registre polonais Nask offre à ses bureaux d’enregistrements (« registrar ») un nouveau service liés aux noms de domaine : le « Domain Name Tasting ». Cette pratique régulièrement utilisée pour du cybersquatting furtif dans les extensions génériques (telles le .com, .net, .org…) est bizarrement choisie par la Pologne. Une première pour une extension pays importante.

Test de cinq jours

Vingt-cinquième extension mondiale, la Pologne compte 700 000 noms de domaine enregistrés. Après une promotion estivale, le registre continue d’innover en proposant à ses « registrars » un service de « Domain Name Tasting ». Concrètement, le bureau d’enregistrement peut tester le trafic d’un nom de domaine durant cinq jours à moindre coût.

Le nom de domaine dispose alors d’un statut « Tasted » (soit testé). S’il n’est pas conservé, il passera en statut « Tested Blocked » (soit test bloqué).

Pour faciliter l’entrée en service de cette nouvelle prestation, le blocage d’un .pl passe de trente à quinze jours.

Sur la soixantaine de registras accrédités pour les noms de domaine en .pl, seulement cinq (dont quatre de nationalités polonaises) ont fait le choix de souscrire à ce nouveau service.
Le prestataire français, MailClub, registrar du .pl, a choisi de ne pas commercialiser cette offre. Pour son gérant, Charles Tiné, « le domain name tasting est principalement utilisé par des tiers malintentionnés qui testent le trafic de noms de domaine cyber ou typosquattés. L’objectif du MailClub est de lutter contre ces pratiques frauduleuses touchant de nombreux ayants droit, pas de les encourager ».

Pour en savoir plus :
Lire nos articles sur les noms de domaine polonais