La France ne se limite pas au .FR

On l’oublie trop souvent, la France dispose d’autres extensions internet pour ses noms de domaine que le millionnaire .FR. Les départements et territoires d’outre-mer bénéficient d’extensions propres. Méconnues, inactives ou en plein boom, le .GP guadeloupéen, le .RE réunionnais ou le .YT de Mayotte ont tous des profils différents. État des lieux.

L’Afnic en charge du .RE , .TF, .WF…

L’Afnic, l’association en charge du .FR, s’occupe également du .RE de l’Ile de la Réunion. A peine 2 000 noms de domaine sont enregistrés en .RE. Un score (faible ?) qui s’explique par une charte de nommage stricte, réservée uniquement aux personnes morales ou physique présentes localement. Google référence tout de même 185 000 résultats pour du contenu disponible en .RE. Des chiffres quatre fois plus élevés que le .GP guadeloupéen qui a pourtant des règles beaucoup plus ouvertes. Le Networking Technologies Group en charge du .GP est pourtant sur une dynamique forte, proposant également des .COM.GP, .NET.GP ou même .MOBI.GP. A suivre donc.

Les autres départements sont moins visibles. Le .MQ de la Martinique compte 4 000 résultats d’après Google, mais le site du registre est « en travaux ». La Guyane française est un peu plus présente (7 000 résultats en .GF) avec un registre actif.

Présence locale exigée

Parmi les Territoires d’Outre-mer (TOM), l’Afnic a en charge le .TF des Terres Australes et Antarctique dont elle a récupéré la gestion en novembre 2004. Depuis mars 2005, la charte de nommage est en cours de rédaction… L’extension de Wallis et Futuna est également déléguée auprès de l’Afnic, qui a créé ce mois-ci les premiers noms de domaine en .WF (lire notre article à ce sujet). En dehors du giron de l’Afnic, le .NC de la Nouvelle Calédonie se porte bien (300 000 résultats Google). L’Office des Postes et Télécommunications de Nouvelle – Calédonie a définit des conditions d’enregistrements qui exigent une présence locale. Le .PF de la Polynésie Française requiert un enregistrement de l’entreprise sur place ainsi qu’un droit au nom.

Parmi les collectivités d’Outre-mer, le .PM (Saint-Pierre et Miquelon) et le .YT (Mayotte) sont délégués à l’AFNIC mais pas encore ouverts à l’enregistrement. Le registre français annonce que les règles d’enregistrement sont à définir avec les acteurs locaux.

En octobre 2007, deux nouvelles extensions françaises ont été créées par l’Icann : le .BL pour Saint-Barthélemy et le .MF pour Saint-Martin. Depuis, les deux ccTLD n’ont pas vu de gestionnaire prendre en charge l’administration des noms de domaine…

Sur douze extensions, cinq permettent actuellement de nouveaux dépôts de noms de domaine ; la Guadeloupe est la seule à autoriser des titulaires du monde entier à enregistrer des noms de domaine en .GP. Le développement des extensions des DOM-TOM n’est qu’à ses prémices !

Pour en savoir plus :
Lire nos articles sur les extensions des DOM TOM