La cagnotte du .mobi

Les noms de domaine en .mobi sont de plus en plus nombreux. Le registre de cette extension organise régulièrement des enchères. Il a déjà encaissé 700 000 dollars pour une vingtaine de .mobi.

En matière d’attribution de noms de domaine, c’est toujours la loi du « premier arrivé, seul servi » qui a régné. Une règle qui a permis à certains de gagner des fortunes (14 millions de dollars pour sex.com, porn.com à 9 millions). A chaque fois qu’une nouvelle extension est lancée, c’est la course aux termes génériques porteurs (sex, casino, bank, games, etc).

De nombreux prétendants pour très peu d’élus

Le .mobi a décidé de fonctionner différemment pour l’enregistrement de ses noms premium. Le registre dotMobi s’est gardé en réserve une liste de 5 700 noms, compilation de termes génériques comme sms, sex, poker, meteo, job, dvd… Ces noms de domaine sont régulièrement mis aux enchères par lots. Une alternative lucrative.

200 000 $ pour flowers.mobi

Fin 2006, flowers.mobi a été vendu pour 200 000 $. Record à battre, fun.mobi a été, lui, attribué pour 100 000 $. Des investissements conséquents pour une activité qui reste embryonnaire. En mars, d’autres adjudications avec des montants moins importants se sont déroulées : 85 000 $ pour realestate.mobi, 52 000 $ pour casinos.mobi, 41 000 $ pour singles.mobi…

La société mTLD, qui gère l’extension, aurait ainsi reçu près de 700 000 dollars. De coquettes sommes qui feraient oublier à quoi sert le .mobi ! L’extension dédiée aux téléphones mobiles permet d’identifier les sites Web adaptés à la navigation sur votre portable. Une détection que faisaient déjà automatiquement des téléphones portables pour certains .com, .fr…

Ce projet a obtenu l’appui des principales entreprises de télécommunications mobiles, de fabricants d’appareils, ainsi que de fournisseurs de contenu Internet. Les investisseurs dans mTLD comprennent Ericsson, la GSM Association, Hutchison 3, Microsoft, Nokia, Orascom Telecom, Samsung Electronics, Syniverse, T-Mobile, Telefonica Moviles, TIM et Vodafone.

500 000 .mobi enregistrés

Le business plan était bien rodé. 500 000 .mobi ont été enregistrés dans une centaine de pays en moins d’un an. Le .fr a mis dix ans pour atteindre ce chiffre ! Le .mobi se classe dans le top 30 des extensions les plus enregistrées au monde.

Si certains ayants droit ont oublié de protéger leurs marques en .mobi, les cybersquatteurs l’ont fait pour eux. Lors du lancement de l’extension, la moitié du CAC 40 français n’était pas titulaire de son .mobi. Les enregistrements litigieux ont été tellement conséquents que le centre d’arbitrage et de médiation de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) a mis en place des procédures de résolution de litiges spécifiques. Ces réglements ont entre autres été utilisés pour récupérer adidas.mobi, veolia.mobi, auchandirect.mobi… qui se sont vus contraints de s’intéresser à l’extension mobile.