Domaines continentaux, à qui le tour ?

Deux ans après l’ouverture des noms de domaine en .EU (Union Européenne) à tous, le .ASIA a vécu le lancement de sa période « landrush » la semaine dernière. Si le nombre d’applications soumises est moins important en .ASIA (300 000) qu’en .EU (1,5 millions de noms de domaine en une semaine), il existe d’autres projets d’extensions continentales. Un .LAT pour la communauté latino américaine est dans les tuyaux pour 2009.

Enchères fructueuses

Depuis le 20 février 2007, le .ASIA a entamé sa phase de « landrush », période d’ouverture sans droit au nom, mais dont les demandes similaires seront séparées par des enchères. Un processus d’attribution novateur qui garantit au registre des revenus confortables (ace.asia est parti à 20 000 $ durant la précédente période « sunrise ») surtout que 28 000 noms de domaine sur 300 000 sont concernés par cette criée version web. De plus, toutes les adjudications ne sont pas connues puisque les internautes ont jusqu’au 12 mars pour soumettre une demande en période « Landrush ». Ce n’est que le 26 mars que le .ASIA sera attribué sur la base traditionnelle du « premier arrivé, premier servi ».

Les chiffres du .ASIA sont moins élevés que le .EU. Les deux extensions nécessitent une présence locale que de nombreux bureaux d’enregistrement proposent dans leurs offres commerciales. La preuve, 40 % des demandes reçues en .ASIA provenaient de l’Amérique du Nord, 35 % de l’Asie, et 24 % d’Europe.
Le nombre d’applications reçues en .ASIA est largement inférieur au .EU. Un ras le bol est perceptible chez les ayants droits qui doivent systématiquement protéger leurs marques principales lors de périodes d’enregistrements prioritaires (dites « sunrise ») souvent coûteuses.

Cependant, le .ASIA vient se placer directement dans les 35 premières extensions mondiales avec juste cinq mois d’existence. Il dépasse déjà le nombre d’enregistrements de noms de domaine dans certaines extensions asiatique. Le .ASIA compte plus de noms de domaine que le .HK Hongkongais, .MY malaisien, .SG singapourien, .TW taiwanais…

.LAT, .AFRICA, .MED ?

.EU, .ASIA, quelle région du monde ne bénéficie pas de son extension continentale ? Plus beaucoup… Rappelons que le .ASIA couvre 73 pays de l’Océanie, en passant par l’Asie, remontant jusqu’au Moyen Orient et s’arrêtant à Chypre !
Un .LAT est en projet avancé pour l’Amérique Latine et les Caraïbes. Son ouverture est espérée pour 2009. L’intérêt est limité pour un point spécial Amérique du Nord avec ses trois extensions nationales fortes (.COM.MX mexicain, .US états-uniens, et .CA canadien).
Reste un point Afrique à créer, dans une région du monde où les noms de domaine ne sont pas enregistrés par millions. Notre tour du monde est fini, à moins qu’un .MED pour une éventuelle Union Méditerranéenne voit le jour. Il n’y aura plus d’extensions monumentales à vendre. De quoi s’attaquer au tout petit .BERLIN, .PARIS ou .BZH. « Think global Act local ».

Pour en savoir plus :
Lire nos articles sur le .ASIA