Comment la « sunrise period » du .eu se prépare ?

Le 21 mars, l’Eurid a choisi PriceWaterhouseCoopers (PWC) Belgique comme agent de validation du .eu lors de la phase d’enregistrement prioritaire (dite, « sunrise period »). Découvrez comment PWC s’organise pour lancer les noms de domaine en .eu avant la fin de l’année 2005.

La mission de PWC est simple. « Afin de lutter contre les enregistrements abusifs de noms de domaine en .eu, l’Eurid a mis en place une sunrise period lors du lancement de l’extension. Durant cette phase, qui va durer quatre mois, seuls les organismes publiques et les détenteurs de droits prioritaires (comme les marques, les noms de sociétés, etc…) peuvent être autorisés à pré-enregistrer leurs noms de domaine correspondant en .eu ».

Bart Lieben du PWC explique « qu’une équipe d’experts issus des 25 pays européens, va commencer à valider les justificatifs prouvant que les demandeurs de .eu sont en accord avec les Public Policy Rules (PPR) ». Au point de vue technique, « PWC déploiera une infrastructure technologique de pointe capable de supporter notre mission d’agent de validation de .eu ».

Pour chaque demande de .eu, un email de confirmation sera envoyé au propriétaire et au « registrar » (bureau officiel d’enregistrement). « Chaque demandeur de nom de domaine en .eu, qui envoi sa demande durant la sunrise period, devra fournir la preuve qu’il est bien le propriétaire du droit au nom qu’il prétend avoir. Cette preuve sera soumise à PWC à l’adresse indiquée par l’Eurid ». Les justificatifs devront être fournis sous 40 jours.

Whois dédié à la « sunrise period » du .eu

Présenté lors de l’Egeni (en juillet 2004, à Paris), l’Eurid assure qu’un whois dédié à la « sunrise period » du .eu sera disponible. On y retrouvera le nombre de demandes par nom, les coordonnées des demandeurs, la date limite dont bénéficie le requérant pour fournir les justificatifs au PWC, la date d’arrivé des documents et le statut du nom de domaine (en attente, accepté, rejeté…).

L’Eurid spécifie que « si une société a un droit au nom provenant de plusieurs sources (par exemple, le nom de la compagnie est enregistré au registre national des sociétés, et également comme marque nationale), seul un droit devra être présenté ». Il confirme que si plusieurs demandes valides arrivent pour le même nom, l’attribution se fera sur la base du « premier arrivé, premier servi ».

La Commission Européenne devra donner son approbation

Si plusieurs détails de la « sunrise period » sont déjà publiés, Bart Lieben ajoute qu’« à l’heure actuelle, l’Eurid et PWC sont en train de finaliser ensemble les conditions d’enregistrement de la sunrise period. Les règles seront finalement adoptées après la consultation des intéressés (qui se tiendra en juin 2005) et l’approbation de la Commission européenne ».

PWC précise que « tant que l’ensemble des règles et procédures ne sont pas encore finalisées et la sunrise period pas lancée, ni l’Eurid, ni PWC n’accepteront de document prouvant des droits antérieurs ».

Par ailleurs, Dirk Vermussche se félicite du choix de PWC. « C’est une reconnaissance de notre savoir-faire et de notre expertise dans le domaine des droits de la propriété intellectuelle, le lancement de projets, la gestion des risques… ». Rappelons que PricewaterhouseCoopers développe des missions d’audit ou de conseil pour les entreprises de toute taille du secteur public et privé. La société emploie 122 000 personnes dans 144 pays.

Découvrez notre dossier spécial .eu, en cliquant ici

Les détails de la « sunrise period » sont disponibles en cliquant ici

La description du rôle de PWC est disponible en cliquant ici