Accusations de délit d’initié autour des .ASIA

Le site dotasia-complot.org porte des accusations fortes concernant l’attribution des noms de domaine en .ASIA soumis aux enchères contre le registre et surtout la société pool.com. Des allégations de délits d’initiés démenties par le CEO de la société en charge des enchères, malgré des zones troubles.

L’éditeur allemand de dotasia-complot.org prétend que Richard Schreier, CEO de Pool.com, société canadienne en charge des enchères de .ASIA, détient différentes sociétés qui ont elles-mêmes soumis des applications. Ces demandes d’enregistrements auraient été validées pour des noms de domaine génériques de qualité comme porn.asia ou wine.asia.

Un réseau mondial

Le site avance que de nombreux dossiers « sunrise » réservés aux marques enregistrées ont été demandés par la société irlandaise Drake Venture LTD via des dépôts de marques néerlandaises. La compagnie irlandaise serait détenue par Drake Domains Corporation, entreprise des Barbades dont le nom de domaine drakedomainscorp.com est détenu par Richard Schreier, CEO de Pool.com ! Ce dernier dément ses liens douteux, malgré des coïncidences troublantes au delà des whois déroutants. Par exemple, la marque Pool, mentionnée dans une affaire autour de pool.eu est détenue par Drake Venture.

Le registre répond aux accusations

Bref, ces déclarations sont embarrassantes et ont obligé le CEO du DotAsia à publier un commentaire sur le site du registre. Edmon Chung affirme avoir pris note des dires d’un client mécontent. Il indique que « DotAsia s’engage à respecter l’intégrité des procédures validées par ses soins et est convaincue que nos services et ceux de nos fournisseurs ne compromettent pas nos engagements ». M. Chung poursuit : « A ce stade, il n’existe aucune preuve selon notre enquête suggérant que des demandeurs ont été favorisés ou défavorisés en raison de leur relation ou non avec Pool.com, notre fournisseur de services de vente aux enchères ».

Le CEO rappelle que toutes les demandes sunrise ont été examinées et vérifiées par les agents de validation Deloitte et AGIP. Selon lui, « cela garantit l’intégrité de notre processus ». Il rappelle que « seulement un très petit pourcentage des demandes reçues en période sunrise est passé par le processus de mise aux enchères. En outre, comme le démontre mes réponses emails publiées sur le site diffusant ses allégations, DotAsia a travaillé dur pour tenter de répondre au mieux aux questions soulevées ». A suivre donc.

Pour en savoir plus :
Lire nos articles sur le .ASIA